🇫🇷 Islamisme dans la Pénitentiaire : Trois surveillants soupçonnés de radicalisation doivent être mutés dans une prison pour mineurs !

L’AssemblĂ©e Nationale a effectuĂ© une mission d’information sur  » les services publics face Ă  la radicalisation » et souligne les failles de la prĂ©vention et prĂ©conise des contrĂ´les plus strictes.

La mission s’est particulièrement interressĂ©e Ă  la pĂ©nitentiaire, comme le relate Le Figaro, le rapport souligne que le directeur de l’administration pĂ©nitentiaire « a reconnu que les surveillants pĂ©nitentiaires Ă©taient particulièrement exposĂ©s au risque de radicalisation, compte tenu notamment de la radicalisation d’une proportion non nĂ©gligeable des dĂ©tenus eux-mĂŞmes. Il a toutefois affirmĂ© que très peu d’agents de l’administration pĂ©nitentiaire Ă©taient inscrits au Fichier de Traitement des Signalements pour la PrĂ©vention de la Radicalisation (FSPRT), moins d’une dizaine sur un effectif total proche de 41.000 personnes. » Les syndicats quant Ă  eux parlent  » d’une trentaine d’agents signalĂ©s, dont certains feraient l’objet d’une fiche S ».

Ă€ Lire :  🇫🇷 Ecrouves : Nuit de chaos au centre de dĂ©tention. Un dĂ©tenu entre la vie et la mort

Il y a quelques jours, l’administration pĂ©nitentiaire a Ă©tĂ© destinataire d’un message d’alerte des services de renseignements des Bouches-du-RhĂ´ne. En effet trois surveillants inscrits au FSPRT doivent ĂŞtre prochainement affectĂ©s dans un Ă©tablissement pour mineurs. Toujours selon Le Figaro, les surveillants avaient dĂ©jĂ  Ă©tĂ© impliquĂ©s dans l’affaire dite « des barbus des Baumettes » Ă  Marseille. Avec deux de leurs collègues, ils avaient Ă©tĂ© « dispersĂ©s » dans plusieurs autres Ă©tablissements.