🇫🇷 Douai : Un an après la découverte d’explosifs ultra-puissants, l’inquiétude persiste au sein de la prison

Le 26 octobre 2018, 500 grammes d’explosifs RDX Ă©taient dĂ©couverts Ă  l’intĂ©rieur de la maison d’arrĂŞt de Douai. La puissante matière aurait permis de faire exploser plusieurs murs d’enceinte avec une dĂ©flagration mortelle Ă  une distance de cinq mètres.

Depuis cette date, une lieutenante pĂ©nitentiaire a Ă©tĂ© mise en examen. Mais des questions restent en suspens. C’est elle qui avait remis les explosifs Ă  sa hiĂ©rarchie après qu’un dĂ©tenu lui est remis.

Ce dĂ©tenu est connu pour du grand banditisme. C’Ă©tait la preuve fois que les dĂ©mineurs Ă©taient confrontĂ©s Ă  ce genre de produits reporte la voix du Nord. Les jours suivants, la maison d’arrĂŞt a Ă©tĂ© fouillĂ©e de fond en comble. Des fils Ă©lectriques et un commutateur on/off seront saisis. Un chien dĂ©tecteur d’explosifs marquera un arrĂŞt sur le frigo du dĂ©tenu qui avait remis les explosifs Ă  la lieutenant.

Une Ă©vasion d’une grande ampleur Ă©tait-elle envisagĂ©e ? Pourquoi elle a capotĂ© ?

Quelques semaines plus tĂ´t, un surveillant dĂ©couvrait une cartouche dans une cour de promenade. Elle aurait Ă©tĂ© perdu lors de la rĂ©cupĂ©ration d’un colis projetĂ© depuis l’extĂ©rieur.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Villepinte: Des dĂ©tenus dĂ©noncent en vidĂ©o leurs conditions de dĂ©tention Ă  la prison

Selon le tĂ©moignage d’un autre dĂ©tenu, une arme de poing, une disqueuse, une scie et d’autres cartouches seraient entrĂ©es dans la prison suite Ă  des projections. Cependant rien n’a Ă©tĂ© dĂ©couvert.

L’enquĂŞte ne permet pas Ă  l’heure actuelle de dĂ©terminer comment les explosifs sont entrĂ©s. Mais les enquĂŞteurs ont pensĂ© Ă  une complicitĂ© interne Ă  l’administration pĂ©nitentiaire. Les regards se tournent alors vers la lieutenant. C’est pourtant elle qui avait remis le produit Ă  sa hiĂ©rarchie.

Depuis le dĂ©but d’annĂ©e 2019, elle a Ă©tĂ© mise en examen pour association de malfaiteurs et transport et dĂ©tention d’explosifs. La lieutenant se dit victime d’une erreur. Elle affirme n’avoir fait que son travail.

Son contrĂ´le judiciaire lui interdit d’ĂŞtre lieutenant. Elle doit depuis assurer des petits boulots pour pouvoir faire vivre sa famille.

D’ici quelques semaines, la cour d’appel devra dĂ©cider du maintien en examen ou non de la lieutenant.