đŸ‡«đŸ‡· Gironde : 16 « Black-Blocs » soupçonnĂ©s de prĂ©parer des violences contre les forces de l’ordre ont Ă©tĂ© interpellĂ©s

illustration Wikipédia

Des menaces contre les forces semblent se propager depuis plusieurs jours. Entre les lettres de menaces anonymes envoyĂ©es aux CRS ou la porte d’un policier de la BAC mentionnant le mot « ACAB » (All cops are Bastards) Ă  Pontault-Combault.

Dans la nuit de vendredi Ă  samedi aux alentours de Bordeaux, ce sont les murs d’une petite commune qui ont Ă©tĂ© taguĂ©s de ce mĂȘme slogan. Les policiers qui ont constatĂ© les dĂ©gradations sont parvenus Ă  remonter jusqu’à un groupe d’individus occupants une location de la plateforme Airbnb.

A trois heures du matin, ils sont intervenu. Dix hommes et six femmes ont Ă©tĂ© interpellĂ©s. Ils sont tous soupçonnĂ©s d’ĂȘtre proches de la mouvance « Black-Block« .

Le but de ce rassemblement Ă©tait de prĂ©parer la manifestation des « gilets-jaunes » le samedi Ă  Bordeaux. Dans l’appartement seront dĂ©couverts : Des bouchons Ă©quipĂ©s de clous pour crever les pneus des vĂ©hicules des forces de l’ordre, mais aussi des bouteilles en verre, de l’acide chlorhydrique, des mĂšches, des boules d’aluminium
 tous les composants nĂ©cessaires Ă  la fabrication de cocktails Molotov

Les seize interpellĂ©s, placĂ©s le jour mĂȘme en garde Ă  vue, sont soupçonnĂ©s de «dĂ©gradations commises en rĂ©union et d’association de malfaiteurs en vue de commettre des dĂ©gradations et des violences sur personnes dĂ©positaires de l’autoritĂ© publique».

Cinq d’entre eux ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© condamnĂ©s par le passĂ© pour des faits de vols, ou d’usage de stupĂ©fiants, entre autres. Tous admettent s’ĂȘtre rĂ©unis en vue de la manifestation, mais se dĂ©fendent d’ĂȘtre propriĂ©taires des objets saisis. Une enquĂȘte a Ă©tĂ© ouverte par le parquet de Bordeaux, et les suspects ont Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©s ce lundi au juge d’instruction aprĂšs deux jours de garde Ă  vue. Des placements en dĂ©tention provisoire ont Ă©tĂ© requis pour l’ensemble des mis en cause comme le prĂ©cise le journal LibĂ©ration.