🇫🇷 Montpellier : Après avoir tirĂ© au fusil sur les gendarmes du GIGN, l’homme est finalement remis en libertĂ©

© Page facebook : Kevin Bonkendorf Photographie

L’homme qui avait ouvert le feu contre des gendarmes du GIGN en Juin 2018 vient d’ĂŞtre remis en libertĂ© par la cour d’appel de Montpellier.

En effet, le 6 juin 2018 Ă  Poussan, près de Sète, les gendarmes d’élite du GIGN d’Orange mènent une opĂ©ration Ă  risque : ils doivent arrĂŞter plusieurs membres d’une famille gitane dĂ©chirĂ©e par un conflit autour d’une jeune femme enlevĂ©e Ă  Bordeaux et sĂ©questrĂ©e ensuite dans l’HĂ©rault. Ils l’ignorent, mais dans l’un des domiciles qu’ils investissent se trouve un homme qui n’a rien Ă  voir avec cette affaire : Santiago Gabarre, 44 ans, est sorti de prison depuis deux jours, a pas mal fĂŞtĂ© sa libĂ©ration la veille, et est restĂ© dormir chez son frère. Comme le relate Midi Libre, l’homme explique Ă  l’audience, « J’avais pris du cannabis, de l’alcool et des cachets, mon frère m’avait dit qu’il y avait des histoires avec les gens de Bordeaux, et c’est lĂ  que le GIGN a dĂ©barquĂ©, il y a eu du verre explosĂ© de partout. Je n’ai pas entendu crier “gendarmerie”, j’ai eu peur, je sais que j’ai agi bĂŞtement. La police, ils viennent pas pour vous faire du mal, ils viennent quand c’est toi qui as fait du mal. »

Ă€ Lire :  Lozanne : Une fillette de 3 ans poignardĂ©e Ă  mort ce matin. la piste de l'infanticide privilĂ©giĂ©e

Nous avons besoin de votre Aide ! Cliquez-ici pour soutenir Les Forces de L'ordre et le site ACTUPenit.com

L’homme tire avec un fusil de calibre 22 LR dans le bouclier, Ă  très courte distance, fort heureusement sans faire de blessĂ©. « Sans contester la gravitĂ© des faits reprochĂ©s », la cour estime que sa dĂ©tention provisoire, qui dure depuis 18 mois, n’est plus nĂ©cessaire, et le place sous contrĂ´le judiciaire Ă  Tarbes. Santiago Gabarre a Ă©tĂ© remis en libertĂ©.