🇫🇷 Attentat de Condé-sur-Sarthe : Quand les détenus vivaient leur polygamie en prison

Suite Ă  l’attentat du centre pĂ©nitentiaire de CondĂ©-sur-Sarthe oĂą deux surveillants avaient Ă©tĂ© poignardĂ©s, les dĂ©clarations des compagnes des cinq dĂ©tenus, dont l’auteur de l’attaque, montrent que deux d’entre eux recevaient la visite de leurs Ă©pouses, au pluriel, au sein mĂŞme de l’Ă©tablissement pĂ©nitentiaire.

En exclusivitĂ©, Europe1 a pu consulter les dĂ©clarations de ces « sĹ“urs d’Alençon », âgĂ©es de 18 Ă  40 ans et dont la vie tourne autour de leurs maris incarcĂ©rĂ©s, avec qui certaines ont des enfants. Dans leurs rĂ©pertoires on retrouve des noms issus d’autres dossiers terroristes, comme Saint-Etienne-du-Rouvray, ou la filière Cannes-Torcy. Le modèle est toujours le mĂŞme : radicalisĂ© incarcĂ©rĂ©, Ă©pouse inconnue des services. Tous ces couples se sont formĂ©s sur internet. Les hommes, dĂ©jĂ  dĂ©tenus pour certains depuis plusieurs annĂ©es, se connectent via des tĂ©lĂ©phones clandestins le soir, dans leur cellule, sur des sites de rencontres communautaires.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Saint-Mihiel : Un dĂ©tenu s’évade, prĂ©textant un achat de cigarettes

Toujours selon Europe1, théoriquement contrôlés, les permis de visite sont accordés sur double demande écrite du détenu et de son proche, et les parloirs familiaux et UVF soumis à plusieurs vérifications d’identité et casiers judiciaires notamment. Mais les détenus s’arrangent avec les règles. « C’est très facile, il suffit qu’il dise que la première, c’est la concubine, la deuxième une amie d’enfance… », explique à Europe 1 Grégory Ducrocq, délégué FO pénitentiaire à Condé-sur-Sarthe, qui a observé le ballet de jilbeb, le long vêtement porté par certaines femmes musulmanes, devant l’établissement. « La première déposait la deuxième le matin, et elles se relayaient l’après-midi. Le détenu avait parloir le matin et l’après-midi avec deux femmes différentes. »