🔴 Condé-sur-Sarthe : Après sept ans de prison, le premier français jugé à son retour de Syrie a été libéré. Une libération qui inquiète au vu de sa personnalité.

© actupenit.com

Flavien Moreau, le premier Français jugé à son retour de Syrie a été libéré du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe ce lundi 13 janvier 2020.

L’homme a Ă©tĂ© le premier djihadiste tricolore condamnĂ© par la justice pour un sĂ©jour d’une quinzaine de jours en Syrie en 2012 et interpellĂ© en janvier 2013 alors qu’il tentait d’y retourner. Comme l’explique Ouest-France, natif de CorĂ©e, adoptĂ© Ă  l’âge de 2 ans par une famille de l’agglomĂ©ration nantaise, tout comme son son frère aĂ®nĂ© Nicolas, lui aussi condamnĂ© pour djihadisme Ă  10 ans de prison, Flavien Moreau a quittĂ© la prison de l’Orne dans la voiture de sa mère suivie de près par un vĂ©hicule de la DGSI. Direction le tribunal judiciaire de Nantes oĂą il Ă©tait attendu, lundi en dĂ©but d’après-midi, pour une visioconfĂ©rence avec la magistrate parisienne HĂ©lène Volant. Comme l’explique le quotidien rĂ©gional, ce Nantais de 33 ans au crâne rasĂ© et au front barrĂ© du Tabaâ, la callositĂ© liĂ©e au frottement rĂ©pĂ©tĂ© de l’épiderme sur les tapis de prière, va devoir convaincre qu’il a « changĂ© et Ă©voluĂ© ». C’est ce qu’il avait assurĂ©, le 3 mai 2019, Ă  la barre du tribunal correctionnel d’Alençon oĂą il avait Ă©tĂ© relaxĂ© pour des menaces de mort adressĂ©es Ă  cinq surveillants de l’administration pĂ©nitentiaire.

Ă€ Lire :  🇫🇷 NĂ®mes : Le dĂ©tenu renvoyĂ© aux assises pour tentative de meurtre sur un surveillant pĂ©nitentiaire

Faute d’avoir été condamné à une peine de prison couplée à un suivi sociojudiciaire inscrit dans le temps, l’homme devrait être contraint de respecter des obligations pendant un maximum d’un an avant de pouvoir légalement disparaître totalement des radars. Et de ne plus dépendre que du travail sous-terrain des hommes de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), les services de renseignements français. Toujours selon Ouest-France, Flavien Moreau devra pointer chaque matin, à 11 h, à la gendarmerie de son secteur. Il a également interdiction de quitter sa commune de résidence sans autorisation préalable. Malgré un encadrement tout de même assez strict, Flavien Moreau constitue une source d’inquiétudes. Le 3 octobre 2018, alors écroué au centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais, les surveillants ont découvert dans sa cellule l’inscription « Je suis Ganczarski ». Du nom de ce terroriste lié à Al-Qaida condamné pour l’attentat de la synagogue de Djerba en Tunisie en 2002 et auteur d’une agression à l’arme blanche, en janvier 2018, sur trois surveillants de prison au cri de « Allah akbar ». Flavien Moreau avait également menacé plusieurs surveillants de la prison nordiste.