đź”´ Selon la DGSI, 150 quartiers sont sous l’emprise de l’islam radical

© SICoP - Police nationale Twitter : @PoliceNationale

L’exĂ©cutif recherche activement un dispositif pour contrer le phĂ©nomène de communautarisme. L’ampleur du chantier est Ă©norme et les signaux d’alerte se multiplient sur la montĂ©e de l’influence islamiste dans de nombreux quartiers, mais aussi dans des secteurs comme l’Ă©ducation, le sport ou la santĂ©.

Selon la DGSI, 150 quartiers sont sous l’emprise de l’islam radical. Selon les informations du Journal Du Dimanche (JDD), après l’attentat de Villejuif, le ministre de l’IntĂ©rieur, Christophe Castaner, a adressĂ© un tĂ©lĂ©gramme aux prĂ©fets pour leur demander de rĂ©unir les GED (groupes d’Ă©valuation dĂ©partementaux). La DGSI vient de cartographier les quelque 150 quartiers « tenus » selon elle par les islamistes : un document classĂ© secret-dĂ©fense, qui n’a pas Ă©tĂ© divulguĂ©, Ă  l’exception de l’IntĂ©rieur, mĂŞme aux ministres intĂ©ressĂ©s. Lesquels se voient prĂ©senter le document oralement par un fonctionnaire assermentĂ©, tant le sujet est sensible.

Ă€ Lire :  🇧🇪 Liège: Un dĂ©tenu Ă©vadĂ© de prison fonce Ă  plusieurs reprises avec un vĂ©hicule volĂ© sur les policiers

Toujours selon le journal hebdomadaire, outre les banlieues de Paris, Lyon et Marseille, depuis longtemps touchĂ©es par le phĂ©nomène, y figurent plusieurs citĂ©s du Nord : entre autres Maubeuge, oĂą l’Union des dĂ©mocrates musulmans français (UDMF) a atteint 40% dans un bureau de vote et oĂą « la situation est alarmante » ; l’agglomĂ©ration de Denin ; ou encore Roubaix, oĂą, « bien qu’historique, la situation prend des proportions inquiĂ©tantes », selon un prĂ©fet. Mais aussi des zones plus inattendues, comme en Haute-­Savoie ou dans l’Ain, Ă  Annemasse, Bourg-en-Bresse, Oyonnax ou Bourgoin-Jallieu. Encore plus surprenante, « l’apparition de microterritoires qui se salafisent dans des zones improbables », poursuit ce prĂ©fet, comme Nogent-le-Rotrou, en Eure-et-Loir.