🇫🇷 Justice : Mourad Farès « recruteur de djihadiste » condamné à 22 ans de prison

Mourad Farès, l’influent recruteur de djihadiste Ă©tait jugĂ© depuis lundi devant la cour d’assises spĂ©ciale de Paris pour avoir enrĂ´lĂ© des dizaines de Français Ă  partir combattre en Syrie.

Lors du procès, Mourad Farès a racontĂ© son enfance heureuse Ă  Thonon-les-Bains en Haute-Savoie au sein d’une famille musulmane dont « la seule pratique religieuse suivie est de faire le Ramadan ». Il n’a pu en revanche soutenir le regard lorsque la question de son orientation sexuelle est arrivĂ©e dans les dĂ©bats. Après son bac, l’Ă©tudiant frĂ©quente des boĂ®tes de nuit gay, entretient des relations avec des hommes, sĂ©rieuses, mais cachĂ©es. « Être gay dans une famille musulmane, ça ne se fait pas », selon les commentaires d’un ami dans BFM. Ă€ la suite d’un dĂ©cès familial, puis d’une rupture douloureuse, il se met « en quĂŞte de spiritualité » et trouve des rĂ©ponses dans des vidĂ©os YouTube d’un prĂŞcheur intĂ©griste niçois d’origine sĂ©nĂ©galaise. Outre les vidĂ©os complotistes, ce dernier diffuse des appels au jihad qui trouvent progressivement un Ă©cho chez Mourad Farès. Le prĂ©dicateur, qu’il considère alors comme un « érudit » l’encourage Ă  rejoindre la Syrie pour expier ses pĂ©chĂ©s, c’est-Ă -dire son homosexualitĂ©.

Comme le relate Le Figaro, Mourad Farès reconnaĂ®t avoir «facilitĂ© le passage Ă  de nombreuses personnes», et en avoir incitĂ© d’autres Ă  partir «sur zone», y compris son petit frère. Le Franco-Marocain paraĂ®t Ă©mu Ă  plusieurs reprises, notamment lorsque la prĂ©sidente Ă©voque le nom de Foued Mohamed-Aggad. Ce dernier est parti en Syrie en dĂ©cembre 2013 avec un petit groupe de Strasbourgeois (la « filière strasbourgeoise ») qui Ă©taient en contact avec Mourad Farès. Il n’est rĂ©apparu que fin 2015, pour semer la mort lors des attentats du 13-Novembre. La reprĂ©sentante du ministère public rĂ©clame 22 annĂ©es de rĂ©clusion criminelle assortis d’une peine de sĂ»retĂ© des deux tiers Ă  son encontre. Comme l’explique Esther Paolini, journaliste Ă  BFM, incarcĂ©rĂ© Ă  la maison d’arrĂŞt de Fleury-MĂ©rogis, Mourad Farès a repris les Ă©tudes et validĂ© un Master 1 en mathĂ©matiques. Les Ă©loges pleuvent sur cet « élève brillant », aux « capacitĂ©s intellectuelles Ă©videntes », qui « aurait eu toute sa place en classe prĂ©paratoire aux grandes Ă©coles ». Il garantit avoir pris de la distance avec l’islam radical, « Avec mon expĂ©rience en Syrie, j’ai pu me rendre compte de la faussetĂ© de cette idĂ©ologie qui mène au jihadisme et au terrorisme.” Durant les cinq jours d’audience, l’ex-jihadiste a fait preuve de repentance, “Je tiens Ă  dire que je regrette complètement, je me demande comment je n’ai pas compris ce qui n’allait pas plus tĂ´t. » Le tribunal le condamne Ă  22 ans de prison pour « participation Ă  une association de malfaiteurs terroriste », « direction ou organisation d’une association de malfaiteurs terroriste » et « financement d’entreprise terroriste. »

Ă€ Lire :  đź”´ Attentat de Londres : L’assaillant venait de sortir de prison après une condamnation pour terrorisme