Soutenez-Nous Avec Un Don Sur :

🇫🇷 Justice : Mourad Farès “recruteur de djihadiste” condamnĂ© Ă  22 ans de prison

Mourad Farès, l’influent recruteur de djihadiste Ă©tait jugĂ© depuis lundi devant la cour d’assises spĂ©ciale de Paris pour avoir enrĂ´lĂ© des dizaines de Français Ă  partir combattre en Syrie.

Lors du procès, Mourad Farès a racontĂ© son enfance heureuse Ă  Thonon-les-Bains en Haute-Savoie au sein d’une famille musulmane dont “la seule pratique religieuse suivie est de faire le Ramadan”. Il n’a pu en revanche soutenir le regard lorsque la question de son orientation sexuelle est arrivĂ©e dans les dĂ©bats. Après son bac, l’Ă©tudiant frĂ©quente des boĂ®tes de nuit gay, entretient des relations avec des hommes, sĂ©rieuses, mais cachĂ©es. “ĂŠtre gay dans une famille musulmane, ça ne se fait pas”, selon les commentaires d’un ami dans BFM. Ă€ la suite d’un dĂ©cès familial, puis d’une rupture douloureuse, il se met “en quĂŞte de spiritualitĂ©” et trouve des rĂ©ponses dans des vidĂ©os YouTube d’un prĂŞcheur intĂ©griste niçois d’origine sĂ©nĂ©galaise. Outre les vidĂ©os complotistes, ce dernier diffuse des appels au jihad qui trouvent progressivement un Ă©cho chez Mourad Farès. Le prĂ©dicateur, qu’il considère alors comme un “Ă©rudit” l’encourage Ă  rejoindre la Syrie pour expier ses pĂ©chĂ©s, c’est-Ă -dire son homosexualitĂ©.

Comme le relate Le Figaro, Mourad Farès reconnaĂ®t avoir «facilitĂ© le passage Ă  de nombreuses personnes», et en avoir incitĂ© d’autres Ă  partir «sur zone», y compris son petit frère. Le Franco-Marocain paraĂ®t Ă©mu Ă  plusieurs reprises, notamment lorsque la prĂ©sidente Ă©voque le nom de Foued Mohamed-Aggad. Ce dernier est parti en Syrie en dĂ©cembre 2013 avec un petit groupe de Strasbourgeois (la “filière strasbourgeoise”) qui Ă©taient en contact avec Mourad Farès. Il n’est rĂ©apparu que fin 2015, pour semer la mort lors des attentats du 13-Novembre. La reprĂ©sentante du ministère public rĂ©clame 22 annĂ©es de rĂ©clusion criminelle assortis d’une peine de sĂ»retĂ© des deux tiers Ă  son encontre. Comme l’explique Esther Paolini, journaliste Ă  BFM, incarcĂ©rĂ© Ă  la maison d’arrĂŞt de Fleury-MĂ©rogis, Mourad Farès a repris les Ă©tudes et validĂ© un Master 1 en mathĂ©matiques. Les Ă©loges pleuvent sur cet “Ă©lève brillant”, aux “capacitĂ©s intellectuelles Ă©videntes”, qui “aurait eu toute sa place en classe prĂ©paratoire aux grandes Ă©coles”. Il garantit avoir pris de la distance avec l’islam radical, “Avec mon expĂ©rience en Syrie, j’ai pu me rendre compte de la faussetĂ© de cette idĂ©ologie qui mène au jihadisme et au terrorisme.” Durant les cinq jours d’audience, l’ex-jihadiste a fait preuve de repentance, “Je tiens Ă  dire que je regrette complètement, je me demande comment je n’ai pas compris ce qui n’allait pas plus tĂ´t.” Le tribunal le condamne Ă  22 ans de prison pour “participation Ă  une association de malfaiteurs terroriste”, “direction ou organisation d’une association de malfaiteurs terroriste” et “financement d’entreprise terroriste.”

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️