🇫🇷 Nîmes : Le détenu renvoyé aux assises pour tentative de meurtre sur un surveillant pénitentiaire

illustation

L’attaque s’Ă©tait produite en aoĂ»t 2018 Ă  la maison d’arrĂŞt de NĂ®mes. Quand le surveillant avait ouvert la porte de la cellule, le dĂ©tenu s’Ă©tait jetĂ© sur lui, avec un couteau de fabrication artisanale muni d’une lame de rasoir et lui avait trancher le cou.

Le syndicat Force Ouvrier avait diffusĂ© la photo de l’agent sur son lit d’hĂ´pital. BlessĂ© et ouvert sur 8 centimètres. Il avait Ă©tĂ© opĂ©rĂ© et s’Ă©tait vu poser 11 points de suture.

Le personnel de l’Ă©tablissement s’Ă©tait ensuite mis en grève. La Ministre de la Justice Nicole Belloubet s’Ă©tait rendu sur place afin de rencontrer les agents et proposer des avancĂ©s sĂ©curitaires propres Ă  l’Ă©tablissement de NĂ®mes qui souffre de surpopulation carcĂ©ral.

Il y a quelques semaines un juge d’instruction de NĂ®mes avait dĂ©cidĂ© sur la demande de maĂ®tre Aoudia, l’avocat du mis en cause, de requalifier les faits en « violences avec arme », une infraction relevant du tribunal correctionnel. Le parquet de NĂ®mes avait immĂ©diatement fait appel car le procureur avait une lecture diffĂ©rente de la scène considĂ©rant qu’il s’agissait de faits criminels.

Ce mercredi 12 fĂ©vrier 2020, la chambre de l’instruction vient de donner raison au parquet de NĂ®mes et a ordonnĂ© le renvoi du dĂ©tenu devant une cour d’assises pour « tentative de meurtre sur personne dĂ©positaire de l’autoritĂ© publique » et pour des « violences » sur un autre surveillant pĂ©nitentiaire.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Prisons: La grogne gagne Ă©galement les C.P.I.P

« Si la chambre de l’instruction a infirmĂ© la dĂ©cision du juge d’instruction et renvoyĂ© mon client devant les assises je ne peux que le dĂ©plorer et le dĂ©noncer. On ne retient pas une qualification criminelle en fonction de la qualitĂ© de la victime, estime maĂ®tre Aoudia. Pourquoi les mĂŞmes faits dans un mĂŞme laps de temps au prĂ©judice d’un autre dĂ©tenu ont-ils fait l’objet d’une comparution immĂ©diate devant le tribunal correctionnel et que lorsque la victime est un surveillant la qualification est une tentative de meurtre« , interroge la pĂ©naliste nĂ®moise.

Une source syndicale pĂ©nitentiaire se rĂ©jouit de son cĂ´tĂ© du procès Ă  venir devant la juridiction criminelle. « C’est un jeune dĂ©tenu qui cumule les problèmes en dĂ©tention. Il a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© condamnĂ© pour des violences Ă  la maison d’arrĂŞt. Le jour oĂą notre collègue a Ă©tĂ© blessĂ© il y aurait pu avoir un mort dans nos rangs », rapporte le surveillant dans le journal ObjectifGard.