🇫🇷 Saint-Brieuc : Il s’adresse Ă  une jeune femme gendarme « Chez nous on viole les chiennes d’AmĂ©ricaines et de Françaises. »

© actupenit.com

Un Afghan de 23 ans Ă©tait jugĂ© par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc pour outrage envers des personnes dĂ©positaires de l’autoritĂ© publique et trafic de stupĂ©fiants.

Le prĂ©venu est incarcĂ©rĂ© depuis fĂ©vrier 2019, il doit ĂŞtre jugĂ© dans une affaire criminelle. Lors d’une perquisition de son domicile, les policiers dĂ©couvrent 96 grammes de cannabis, des sachets de conditionnement et 850€ en espèces. Comme le relate Actu.fr, lors de son transfert Ă  l’hĂ´pital pour un dĂ©pistage aux stupĂ©fiants, il exige qu’on lui enlève les menottes, il se dĂ©bat, insulte les policiers et entre dans un Ă©tat de dĂ©mence puis insulte les forces de l’ordre, « Bande de fils de putes, j’ai enregistrĂ© vos tĂŞtes, je vous ferai la peau. Si on Ă©tait dans mon pays il y a longtemps que vous seriez au bout d’une corde ».

Ă€ Lire :  Lyon : Lors de son interpellation, il tente de dĂ©rober l'arme du policier puis dĂ©goupille une grenade

Puis l’homme s’adresse Ă  une jeune femme gendarme, « Chez nous on viole les chiennes d’AmĂ©ricaines et de Françaises. » Devant le tribunal, il explique qu’il est ravi d’être en France et qu’il ne se permettrait pas d’insulter les forces de l’ordre. Le procureur lui demande « de ne pas prendre le tribunal pour des imbĂ©ciles ».

L’homme est finalement condamnĂ© Ă  neuf mois de prison dont six avec sursis, il devra verser 550 euros Ă  chacun des gendarmes.