🔴 Coronavirus : La tension est palpable dans les prisons françaises. Nombreux incidents liés au confinement.

© actupenit.com

Après les incidents de Grasse dans la matinée, de nombreux établissements pénitentiaires étaient sous une extrême tension ce mardi soir.

En effet, comme le relate Le Figaro, les prisons de Maubeuge, Douai, Angers et Perpignan connaissent des incidents graves lors des remontĂ©es de promenade, obligeant pour les trois premiers Ă©tablissements Ă  faire intervenir les Équipes RĂ©gionales d’Intervention et de SĂ©curitĂ© (ÉRIS) tandis qu’à Perpignan, cette mutinerie concernerait une centaine de dĂ©tenus. D’autres incidents ont Ă©tĂ© signalĂ©s dans d’autres prisons comme celles de Nancy, Valence, Saint-Étienne et Toulon. La principale cause, la suspension des parloirs, les familles Ă©tant confinĂ©es, comme le reste des Français, elles ne pouvaient se rendre en maison d’arrĂŞt pour visiter les dĂ©tenus.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Perpignan: Des surveillants interviennent pour sauver un dĂ©tenu des flammes 

Un syndicaliste FO s’est exprimĂ© dans Le Figaro « Il n’est pas concevable d’autoriser en dĂ©tention ce qui est interdit Ă  l’extĂ©rieur des murs. Les citoyens français doivent se soumettre Ă  une rĂ©glementation stricte en matière de confinement. Les dĂ©tenus sont des citoyens français. Le rĂ©gime ne peut ĂŞtre dĂ©rogatoire ».

De son cĂ´tĂ© l’UFAP a adressĂ© un message aux familles de dĂ©tenus en leur demandant de « comprendre l’enjeu et de tout faire pour calmer les dĂ©tenus. Nous ne sommes pas dĂ©tenus contre surveillants face Ă  cette Ă©pidĂ©mie, nous sommes tous dans la mĂŞme galère ».

Les surveillants sont inquiets concernant les établissements pour peine, en effet dans ces structures qui accueillent de très longue peine les parloirs ont lieu le week-end.