🇫🇷 Hommage au Colonel Arnaud Beltrame, tuĂ© le 23 mars 2018 dans l’attentat terroriste de Trèbes

illustration Wikipédia

Arnaud Beltrame est mort il y a deux ans, Ă  Trèbes, face Ă  un terroriste islamiste, en Ă©changeant sa vie avec celle d’une jeune femme.

Le 23 mars 2018, un terroriste islamiste se lance dans une course meurtrière Ă  travers la ville de Trèbes (Aude), avant de se retrancher dans l’hypermarchĂ© Super U aux portes de la ville. Un lieutenant-colonel de gendarmerie, arrivĂ© parmi les premiers sur place, s’offre en Ă©change d’une jeune femme prise en otage. Quelques heures plus tard, alors que l’assaut est donnĂ©, il est retrouvĂ© agonisant aux pieds du terroriste abattu. MalgrĂ© les soins qui lui seront prodiguĂ©s, il mourra au petit matin suivant. Ce lieutenant-colonel s’appelait Arnaud Beltrame.

Cette mort a eu un retentissement extraordinaire à travers la France et le monde entier. Les plus hautes autorités de la République Française, les principaux dirigeants du monde entier (Donald Trump, le Pape) lui avait rendu  hommage.

Le 27 mars 2018, le ministre d’État, ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, avait accueilli sur la base aérienne de Villacoublay, le cercueil du colonel Arnaud Beltrame, accompagné du directeur général de la Gendarmerie nationale, Richard Lizurey, et en présence de la famille du défunt.

Le ministre l’avait décoré de trois médailles à titre posthume : médaille de la Gendarmerie nationale avec palme de bronze, médaille d’acte de courage et dévouement, médaille de la sécurité intérieure – échelon or. Le cortège prenait ensuite la direction de la caserne de gendarmerie Tournon (Paris 6e ), sous escorte de la Garde républicaine, pour une veillée d’armes poursuivie toute la nuit.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Montpellier : Ils percutent avec un fourgon volĂ© une voiture de police lors d'une course poursuite

Sous la présidence du chef de l’État, Emmanuel Macron, un hommage national lui avaitArnaudA été rendu le lendemain. Parti du Panthéon, le cercueil était salué par une haie d’honneur sur tout le parcours, composée de gendarmes, de policiers et de sapeurs-pompiers en uniforme, avant d’être accueilli dans la cour d’honneur des Invalides au son des tambours.

Le président de la République, Emmanuel Macron, saluait la mémoire de ce héros de la Nation dans son éloge funèbre. À l’issue de son discours, le chef de l’État lui remettait, à titre posthume, les insignes de commandeur de la Légion d’honneur, dont il disposait la cravate sur le cercueil, et le nommait colonel de gendarmerie. Dans le même temps, partout en France, dans les brigades de gendarmerie, les commissariats, les préfectures et les sous-préfectures, aux côtés d’élus et de la population, une minute de silence était observée en son honneur