đź”´ BĂ©thune : L’auteur de la tentative d’assassinat sur un Ă©lève surveillant a Ă©tĂ© jugĂ© en comparution immĂ©diate

Capture d'écran twitter @Ministère de la Justice

Le dĂ©tenu qui a agressĂ© l’Ă©lève surveillant en stage Ă  la maison d’arrĂŞt de BĂ©thune a Ă©tĂ© jugĂ© ce jeudi.

Ayob Jalti, âgĂ© de 20 ans purge une peine de dix mois pour vols et dĂ©lits routiers. Comme le relate La Voix du Nord, il reconnaĂ®t l’agression mais explique « c’est flou. En ce moment, j’ai de drĂ´les de pensĂ©es, je ne sais pas ce qui se passe ». Il parle d’« idĂ©es noires, d’envies de meurtre, de tendances suicidaires ». Puis nie en vouloir Ă  l’élève surveillant : au contraire, « il est très gentil ».

Pourtant ce mercredi à 6 h 45, il attire le fonctionnaire dans sa cellule prĂ©textant un « problème d’insectes ». Le surveillant jette un Ĺ“il sous le lavabo et lui explique qu’il fera remonter l’information. Mais alors qu’il lui tourne le dos pour quitter la cellule, Ayob Jalti lui saute dessus, muni d’une arme artisanale  « fabriquĂ©e il y a deux semaines dans ma cellule », raconte le prĂ©venu.

Le président du tribunal en déduit la préméditation : « Quand on chauffe un manche de casserole et qu’on y adapte une lame de rasoir, on a le temps de penser à ce qu’on fait. » Même son de cloche pour le procureur, « Il a fabriqué son arme en cellule et l’histoire des insectes ressemble à un stratagème. Son casier judiciaire confirme sa dangerosité et il présente une folie meurtrière inquiétante : il indique avoir des envies de meurtre sur son codétenu. Sa victime, un élève surveillant qui effectue son stage dans des conditions déjà difficiles, gardera un douloureux souvenir de cet épisode de violence.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Joux-la-Ville : Des dĂ©tenus prĂ©voyaient de violer une surveillante de la prison

Le tribunal le condamne finalement à trois ans de prison ferme avec mandat de dépôt. Il sera transféré au centre pénitentiaire d’Annœulin.