🇫🇷 Alès : Intervenant pour des violences conjugales les gendarmes découvrent une discothèque illégale. Des soirées de plus de 100 personnes organisées en plein confinement.

capture Facebook @gendarmerie30

Les militaires de la gendarmerie d’Alès sont intervenus pour un concubin violent et vont dĂ©couvrir une discothèque illĂ©gale dans le sous-sol de la propriĂ©tĂ© louĂ©e.

En effet, alors que la victime rentre du travail, elle constate qu’une fois de plus, son concubin est sous l’emprise de produits stupéfiants. Une dispute éclate devant leurs deux jeunes enfants, puis il devient physiquement et verbalement violent. Les gendarmes de la COB SAINT AMBROIX (30) interpellent le conjoint violent au domicile. Au cours de la mesure de garde à vue, il reconnaît les faits ainsi que des disputes et des « bousculades » de sa concubine depuis plusieurs années.

Comme l’explique les gendarmes du Gard dans un post Facebook, lors d’une perquisition, les enquĂŞteurs ont dĂ©couvert une vĂ©ritable discothèque composĂ©e de 4 salles amĂ©nagĂ©es, comprenant un espace informatique, Hi-fi et de gestion du son et lumière, un espace « pole dance », une piste de danse, un bar, et un espace dĂ©tente avec vidĂ©o-projecteur, le tout sur 140m2 pouvant accueillir plus de 100 personnes. De multiples infractions Ă  la sĂ©curitĂ© et aux non conformitĂ©s sont relevĂ©es et les gendarmes saisissent plus de 19000€ de matĂ©riel visant Ă  mettre fin aux infractions. Les investigations rĂ©alisĂ©es pendant la garde Ă  vue ont rĂ©vĂ©lĂ© qu’il a organisĂ© des soirĂ©es illĂ©gales Ă  la fin du mois de mars, en plein confinement du COVID19.

Ă€ Lire :  🚨 [VIDÉO] - Un policier a Ă©tĂ© lynchĂ© au sol sur les Champs-Elysees en milieu d’après midi. Il en a perdu son casque de protection.
capture Facebook @gendarmerie30
capture Facebook @gendarmerie30

L’individu a Ă©tĂ© dĂ©fĂ©rĂ© devant le procureur de la RĂ©publique d’Alès. Il sera jugĂ© en septembre 2020 pour les violences conjugales et le travail dissimulĂ©. Le contrevenant a cependant Ă©tĂ© incarcĂ©rĂ© pour 26 mois dans le cadre d’une autre affaire.