🇫🇷 COVID-19 : Les pompiers moustachus et barbus n’ont plus le droit de partir en intervention. Ils portent plainte

© Page Facebook : Photographes au cœur de l'action

En Moselle, au moins 25 sapeurs-pompiers professionnels n’ont plus l’autorisation de partir en intervention. La cause ? Ils ne sont pas rasĂ©s de près. Plusieurs plaintes ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©es pour discrimination.

Ils sont six sapeurs-pompiers du SDIS57 Ă  dĂ©poser plaintes pour le moment, pour discrimination physique. Six autres plaintes devraient ĂŞtre dĂ©posĂ©es ce lundi. Au total, 25 sapeur-pompier professionnel n’ont plus le droit de partir en intervention. Ils ont tous reçu pour injonction de rester chez eux. Leur problème, avoir un barbe, un bouc ou une moustache.

Nous avons besoin de votre Aide ! Cliquez-ici pour soutenir Les Forces de L'ordre et le site ACTUPenit.com

En effet, depuis le dĂ©but de l’Ă©pidĂ©mie du Coronavirus, des nouvelles mesures ont Ă©tĂ© prises notamment lors des interventions des sapeurs-pompiers. Ils doivent porter un masque de protection lors des interventions pour l’aide aux victimes par exemple.  Et de ce fait, le port du masque de type FFP2 ne peut ĂŞtre efficace que si son porteur est rasĂ© de près.

C’est donc sur cet argument que le SDIS de la Moselle s’est basĂ© pour prendre cette dĂ©cision le 16 mars dernier, au premier jour du confinement. Ce jour-lĂ , le directeur dĂ©partemental de la Moselle avait envoyĂ© un messages Ă  ses hommes du feu pour leur demander de se raser la barbe. Certains ont suivi les consignes mais d’autres ont gardĂ© une moustache ou un bouc.

Ă€ Lire :  đź”´ Rouen : Une caserne de pompiers et une clinique cambriolĂ©es. Du gel hydroalcoolique volĂ©

Il n’y avait eu aucun problème au bout de 15 jours, mais au dĂ©but du mois d’avril, ces pompiers ont reçu l’ordre de tout enlever. Un ordre jugĂ© « discriminatoire », le qualifiant d’« abus de pouvoir » par les sapeurs-pompiers.

Pour Julien Aquilano, représentant à la CGT, sa moustache et son bouc ne gênent en rien : «Surtout qu’il n’y a aucun risque puisque le masque FFP2 est posé sur notre peau nue, donc il n’y a aucun risque. J’ai même un collègue qui a contacté l’Agence régionale de santé, qui a répondu que le rasage était une préconisation, et non une obligation », a-t-il déclaré à France Bleu.

Cette affaire est loin d’ĂŞtre terminĂ©e.