🔴 Accident de moto à Villeneuve-la-Garenne : Une nouvelle vidéo vient confirmer la version des policiers

Capture Twitter

Le samedi 18 avril 2020 Ă  21h50, Ă  l’angle de l’avenue de Verdun et de la rue Manet, un accident se produisait entre un vĂ©hicule de police et une mimi moto, blessant sĂ©rieusement le jeune motard. 

Rapidement les rĂ©seaux sociaux se sont emballĂ©s, criant Ă  la bavure policière. Des vidĂ©os de l’après accident enflamment Twitter, Snapchat et Facebook. Des nuits d’Ă©meutes urbaines s’ensuivent. Rapidement la prĂ©fecture de police de Paris rapide un communiquĂ© de presse expliquant les fait dĂ©taillĂ©s et ouvre deux enquĂŞtes. L’une judiciaire qui a Ă©tĂ© confiĂ©e aux policiers de la sĂ»retĂ© dĂ©partementale des Hauts-de-Seine, qui vise le motard, et une seconde qui est menĂ©e par l’Inspection gĂ©nĂ©rale de la police nationale (IGPN) pour dĂ©terminer si les policiers de la Brigade anticriminalitĂ© de nuit des Hauts-de-Seine (BAC 92N) ont commis une faute.

Le 19 avril, la prĂ©fecture explique que, « le samedi 18 avril 2020 Ă  21h50, Ă  l’angle de l’avenue de Verdun et de la rue Manet, les policiers des Hauts-de-Seine, se trouvant Ă  l’arrĂŞt au feu rouge, ont remarquĂ©, après l’avoir croisĂ© une première fois en sens opposĂ©, l’arrivĂ©e, par l’arrière, d’un motocycliste non casquĂ©, circulant Ă  vive allure, sur une moto cross non homologuĂ©e.  Voulant procĂ©der Ă  son contrĂ´le, l’Ă©quipage a ouvert la portière avant-droite. Le motard, manquant de renverser le chef de bord, a heurtĂ© ladite portière du vĂ©hicule de police pour finir sa course dans un poteau. PrĂ©sentant une plaie hĂ©morragique Ă  la jambe et une fracture ouverte du fĂ©mur, il a Ă©tĂ© pris en charge par les policiers sur place, qui lui ont immĂ©diatement prodiguĂ© les premiers soins, puis par le service mobile d’urgence et de rĂ©animation, et a Ă©tĂ© conduit en milieu hospitalier sans pronostic vital engagĂ©. »

Deux semaines après les faits, les circonstances de l’accident semble s’Ă©claircir. Elles viennent confirmer la version de la police. Mouldi C., 30 ans, souffre d’une grave blessure Ă  la jambe et se trouve toujours Ă  l’hĂ´pital. Trois mois d’ITT lui ont Ă©tĂ© attribuĂ©s. Mais il a pu ĂŞtre interrogĂ© par les enquĂŞteurs, six jours après l’accident.

Mais une nouvelle vidĂ©o vient accrĂ©diter la version des policiers. « Elle montre clairement que leur vĂ©hicule Ă©tait bien Ă  l’arrĂŞt et que le motard est arrivĂ© très vite en changeant de trajectoire » explique la procureure de Nanterre (Hauts-de-Seine), Catherine Denis.

Ă€ Lire :  đź”´ Seine-Saint-Denis : Attaque coordonnĂ©e et presque millimĂ©trĂ©e contre les policiers dans le quartier Le Franc-Moisin

Le samedi 18 Avril Mouldi C. est sorti avec sa motocross non homologuĂ©e de 80 cm3. Il Ă©tait donc sans casque et sans feux, en plein confinement. Il avait par ailleurs dĂ©jĂ  Ă©tĂ© verbalisĂ© Ă  trois reprises pour le non-respect de ses mesures de confinement. Après un demi-tour sur l’avenue de Verdun, il a pris la direction de Gennevilliers et s’est retrouvĂ© sur la mĂŞme voie qu’une voiture de police noire banalisĂ©e. Trois policiers de la BAC 92N se trouvaient Ă  l’intĂ©rieur du vĂ©hicule, arrĂŞtĂ© Ă  un feu rouge, devant la station-service BP. Mouldi C. a alors empruntĂ© la piste cyclable sur la droite, expliquant qu’il avait l’intention de dĂ©passer la Volkswagen Passat « doucement » en ajoutant qu’il ne savait pas qu’il s’agissait d’une voiture de police.

Lorsqu’il a vu la portière s’ouvrir, il a tentĂ© de freiner, en vain. Il percutera le vĂ©hicule et sera ensuite projetĂ© sur un poteau mĂ©tallique.

L’exploitation d’une camĂ©ra de surveillance de la ville vient conforter les explications des policiers et donne plus de prĂ©cisions sur les faits. Elle montre notamment que Mouldi C. Avait accĂ©lĂ©rĂ© fortement avant la collision. Les images laissent Ă©galement penser qu’il aurait changĂ© de trajectoire au dernier moment, pour se retrouver sur une voie rĂ©servĂ©e aux cyclistes.

Un autre Ă©lĂ©ment que les enquĂŞteurs ont exploitĂ©, l’impact sur la portière. Celui-ci se trouve sur la tranche. Ce qui indique qu’elle n’Ă©tait pas totalement ouverte au moment du choc.

Par ailleurs, 5 heures avant les faits, une autre vidĂ©o montre le motard faisant des zigzags entre les voitures et franchissant les feux tricolores en roulant Ă  une vitesse excessive, en sens inverse, debout sur son deux-roues. Pour finir, Mouldi C. Ă©tait sous l’emprise du cannabis au moment de l’accident. Une analyse toxicologique a rĂ©vĂ©lĂ© que le mis en cause avait un taux d’1,7 ng/ml de THC dans le sang. Il Ă©tait Ă©galement sous contrĂ´le judiciaire pour des faits de menaces de mort matĂ©rialisĂ©es par un objet (un hachoir).

Une troisième enquĂŞte a Ă©tĂ© ouverte par le parquet de Nanterre après des appels au meurtre et des menaces de mort sur les rĂ©seaux sociaux, visant les policiers impliquĂ©s dans cet accident. De nombreuses nuits d’Ă©meutes avaient suivi l’accident.