đŸ‡«đŸ‡· Prisons : Les Ă©tablissements pĂ©nitentiaires victimes de centaines de projections journaliĂšres

© actupenit

Depuis le dĂ©but du confinement et de l’arrĂȘt des parloirs, les prisons françaises sont la cible de nombreuses projections.

Il y en a toujours eu, bien mĂȘme avant le dĂ©but du confinement. Mais depuis la mise en place des mesures de protections liĂ©es Ă  la pandĂ©mie du coronavirus, les projections ont dĂ©cuplĂ©es. Et pour cause, le moyen d’introduction d’objets illicites (le parloir) est fermĂ© pour cause de crise sanitaire.

Ce dernier devrait réouvrir dans ds conditions bien particuliÚres à partir du 11 mai. En attendant les détenus sont approvisionnés par les airs, grùce à des complices extérieurs. Ainsi des paquets sont projetés au dessus des murs des prisons pour atterrir dans les cours de promenade.

Samedi 2 mai Ă  Maubeuge par exemple, oĂč deux individus sont arrivĂ©s Ă  Bord d’une motocross vers 15h40. Ils ont projetĂ© plusieurs colis, obligeant les surveillants Ă  fouiller les dĂ©tenus lors de la remontĂ©e des promenades. de la drogue sera saisie. Mais un dĂ©tenu s’est rebellĂ©. PrĂ©textant faire le ramadan, il a refusĂ© de se laisser fouiller. il n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  menacer les surveillants : « Toi regarde-moi bien, va niq*** ta mĂšre sale fils de pu**, gros bĂąt***, protĂšge toi bien. Le monde est petit, protĂšge bien ta femme, protĂšge bien tes enfants, protĂšge bien ta famille, je vais te retrouver, tu vas voir qui je suis. Wallah sur le coran, tu as niq*** mon ramadan, je vais te « ragal », tu vas pleurer quand t’auras mon Ă©quipe cagoulĂ©e devant toi »

Finalement fouillĂ©, les surveillants dĂ©couvriront sur lui de la rĂ©sine de cannabis qu’il dissimulait entre ses fesse. Le dĂ©tenu Ă  remis la substance illicite de lui mĂȘme, prĂ©cise le syndicat FO PĂ©nitentiaire.

À Lire :  đŸ‡«đŸ‡·Â«Â Un surveillant pĂ©nitentiaire est armĂ© d’un sifflet et de ses mains pour se dĂ©fendre. »

Une plainte a été déposée par les agents menacés et le détenu a été placé en garde à vue le lendemain des faits.

Autre exemple au centre de dĂ©tention de Val-de-Reuil, oĂč  les surveillants ont rĂ©ussi Ă  intercepter des colis avant que les dĂ©tenus ne mettent la main dessus. En une seule aprĂšs-midi, ils ont rĂ©cupĂ©rĂ©, 420 grammes de rĂ©sine de cannabis, 4 litres d’alcool, des chargeurs pour smartphones, 1 iPhone et plusieurs tablettes iPad.

Imaginez donc ce qui rentre chaque jour dans les prisons quand les surveillants ne parviennent pas Ă  saisir les objets…