🇫🇷 Bobigny : Atteint du coronavirus, un couple remis en liberté. Les policiers refusaient de les escorter vers le palais de justice

© Facebook Secours_Publics

Un couple a été remis en liberté faute de présentation devant le tribunal de Bobigny. Les policiers ont tout simplement refusé de les conduire au palais de justice, le couple étant positif à la maladie du coronavirus.

Ce mardi, un couple habitait Aulnay-sous-Bois a Ă©tĂ© interpellĂ© Ă  la suite d’une importante escroquerie. En effet, l’homme Ă©tait très rĂ©gulièrement destinataire de colis en provenance de Belgique, dont la commande Ă©tait Ă©mise par une sociĂ©tĂ© fictive qui ne payait jamais la marchandise.

Au moment des perquisitions menĂ©es au domicile du couple, les forces de l’ordre ont constatĂ© que la femme Ă©tait alitĂ©e et placĂ©e en quatorzaine suite Ă  sa contamination au Covid-19. Elle avait Ă©tĂ© testĂ©e positive la veille de la perquisition.

Le couple a malgrĂ© tout Ă©tĂ© placĂ© en garde Ă  vue au commissariat d’Aulnay-sous-Bois. La garde Ă  vue s’est terminĂ© le jeudi après-midi un prolongement nĂ©cessaire pour mener les investigations. Le couple a Ă©tĂ© ensuite dĂ©fĂ©rĂ© au palais de justice de Bobigny, oĂą ils ont Ă©tĂ© placĂ©s chacun dans une cellule individuelle du dĂ©pĂ´t. Ils Ă©taient alors en attente d’être conduits devant le juge des libertĂ©s et de la dĂ©tention (JLD) pour une audience.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Choisy-le-Roi : Un policier agressĂ© alors qu’il quitte son service forcĂ© de sortir son arme

Le couple a patientĂ© au dĂ©pĂ´t 20 heures. Il s’agit du dĂ©lai lĂ©gal maximum durant lequel les personnes dĂ©fĂ©rĂ©es peuvent ĂŞtre retenues. Le femme Ă©tant positive au coronavirus et le mari fortement suspectĂ© d’en ĂŞtre atteint, les policiers on tout simplement refusĂ© de les escorter Ă  l’audience du JLD. Le couple a  dĂ» ĂŞtre libĂ©rĂ©.

Depuis cette affaire, les interrogations se portent désormais sur la possible contamination des policiers entrés en contact avec le couple. La totalité du dépôt du palais de justice doit être désinfectée. « Jamais une suspicion de Covid où un cas avéré n’a été incompatible avec une garde à vue, sauf si un médecin l’indique. Cela n’a pas été le cas dans ce dossier » a déclaré le parquet de Bobigny, interrogé sur ces faits relate Actu17.