🔴 Affaire Traoré : Les avocats des gendarmes contre-attaquent et dénoncent « les amalgames et contre-vérités assénées par la famille »

Alors qu’Adama TraorĂ© est Ă©rigĂ© en symbole des violences policières en France, les avocats des gendarmes ayant procĂ©dĂ© Ă  son interpellation ont dĂ©cidĂ© de contre-attaquer en dĂ©nonçant « les amalgames et contre-vĂ©ritĂ©s assĂ©nĂ©es par la famille » du dĂ©funt.

En effet, pour rappel, le 19 juillet 2016, les gendarmes venaient interpeller, dans la rue, le frère d’Adama TraorĂ©, visĂ© par une enquĂŞte pour « extorsion de fonds avec violence. Lui, avait pris la fuite et avait engagĂ© une course-poursuite, Ă  vĂ©lo, puis Ă  pied avec les forces de l’ordre. Il s’Ă©tait Ă©chappĂ© par deux fois en se rebellant la seconde fois face aux gendarmes. Le fugitif avait trouvĂ© refuge dans un appartement oĂą les militaires l’avaient interpellĂ©.

Comme le relate Le Télégramme, selon les avocats des gendarmes, ceux-ci n’ont procédé à « aucun plaquage ventral », et « n’ont pas fait peser leur poids sur le corps d’Adama Traoré ». Toujours selon les avocats, dix à onze médecins ont constaté dans les expertises judiciaires « l’absence de lésions qui attesteraient de violences ». Citant l’expertise judiciaire médicale de synthèse, les avocats indiquent que « le pronostic vital d’Adama Traoré était déjà engagé au moment de son arrivée au domicile du témoin chez lequel il sera interpellé ». Adama Traoré serait décédé, selon Me Rouiller joint par Le Télégramme, « d’une asphyxie non positionnelle, consécutive à la combinaison d’une pathologie antérieure, de la forte chaleur, de l’effort et du stress générés par la course-poursuite, et d’une concentration élevée en THC de cannabis ».

Ă€ Lire :  đź”´ Prison : Une fusillade entre dĂ©tenus fait douze morts et onze blessĂ©s

Les avocats insistent « Depuis quatre ans, la famille d’Adama Traoré a fixé le postulat selon lequel les gendarmes étaient responsables de la mort de cet homme. La vérité judiciaire ne les intéresse pas. Les moyens pour parvenir à faire partager ce mensonge sont sans limites, jusqu’à lyncher sur les réseaux sociaux les acteurs judiciaires, qu’ils soient enquêteurs, juges, experts ou encore avocats ».