đź”´ Après l’interdiction de la mĂ©thode « d’Ă©tranglement » les policiers appellent Ă  la grève des interpellations

Photo Facebook Eric Ciotti

Les syndicats de police appellent Ă  ne pas procĂ©der Ă  des arrestations pour ne prendre « aucun risque » depuis l’annonce de l’interdiction de la mĂ©thode de l’Ă©tranglement lors des interpellations.

« La rĂ©volte policière n’est pas loin », explique le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du syndicat Alternative Police CFDT Denis Jacob au micro de LCI. Dans un contexte tendu, alors que des milliers de personnes manifestent rĂ©gulièrement pour dĂ©noncer les violences policières et le racisme de certains agents, les Ă©quipes sont Ă  bout, selon les syndicats. Les forces de l’ordre n’ont visiblement pas digĂ©rĂ© les annonces de Christophe Castaner lundi.

Le ministre de l’IntĂ©rieur avait notamment indiquĂ© que « la mĂ©thode de la prise par le cou, dite de l’Ă©tranglement, sera abandonnĂ©e et ne sera plus enseignĂ©e dans les Ă©coles de police et de gendarmerie ».

Mais,  selon les reprĂ©sentants des forces de l’ordre, sans nouvelles techniques d’interpellation, il leur est impossible d’effectuer leur travail dans de bonnes conditions. « Puisqu’on nous retire les moyens de faire notre travail en toute sĂ©curitĂ©, arrĂŞtons tout simplement de le faire. Puisque nous n’avons pas la capacitĂ© de pouvoir maĂ®triser un individu rĂ©calcitrant avec les gestes techniques d’intervention qui nous sont enseignĂ©s, arrĂŞtons », a dĂ©clarĂ© Denis Jacob, estimant que remplacer cette mĂ©thode par la gĂ©nĂ©ralisation du pistolet Ă  impulsions Ă©lectriques serait une fausse bonne idĂ©e.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Paris : Ils allaient faire exploser la tour Eiffel. Les policiers interviennent avant le drame

« Nous demandons à nos collègues de ne plus procéder à l’arrestation d’individus récalcitrants s’ils n’ont pas les moyens de le faire de manière sécurisée », avait-il également demandé sur BFMTV.