đŸ‡«đŸ‡· Besançon : Un magistrat mis en examen aprĂšs avoir proposĂ© le viol de sa fille de 12 ans sur des sites libertins

Illustration Pxhere

Un magistrat de Dijon a été mis en examen à Besançon aprÚs avoir proposé sa fille ùgée de 12 ans à des internautes sur des sites libertins.

Via des petites annonces sur un forum de rencontres libertines, l’homme proposĂ© le viol de sa fille. Le suspect ĂągĂ© de 55 ans est Ă©galement mariĂ© Ă  une magistrate. Le couple serait habituĂ© Ă  frĂ©quenter des sites libertins afin de participer Ă  des relations sexuelles en groupe rapporte France Bleu.

Des photos de sa fille en maillot de bain

C’est Ă  partir de l’automne 2019 que l’homme aurait proposĂ© des rapports sexuels en incluant sa femme et leur fille de 12 ans en postant des photos de son enfant en maillot de bain afin d’illustrer les annonces. Le pĂšre de famille aurait formulĂ© ces propositions Ă  plusieurs reprises sur le forum sans jamais recevoir de rĂ©ponse favorable des internautes.

Le couple de magistrats a Ă©tĂ© placĂ© en garde Ă  vue le 4 juin et des perquisitions ont Ă©tĂ© menĂ©es au domicile et dans leurs bureaux. L’homme a reconnu avoir postĂ© ces messages et a mis sa femme hors de cause lors de son audition. Il a expliquĂ© qu’il s’agissait de « fantasmes » et qu’il n’aurait jamais laissĂ© personne passer Ă  l’acte. La fille n’aurait subi aucun abus sexuel a par ailleurs expliquĂ© le procureur de la RĂ©publique de Besançon.

À Lire :  Yvelines : il menace de dĂ©capiter Laurent, le prof d’histoire-gĂ©o de «Koh-Lanta»

L’homme a Ă©tĂ© mis en examen le 5 juin pour « corruption de mineur de 15 ans aggravĂ©e » et « offre, mĂȘme non suivie d’effet, Ă  une personne de commettre Ă  l’encontre d’un mineur un viol, une agression sexuelle ou de la corruption de mineur ». Cet ancien juge pour enfants a Ă©tĂ© libĂ©rĂ© et placĂ© sous contrĂŽle judiciaire avec une obligation de soins et l’interdiction d’exercer une activitĂ© professionnelle au contact de mineurs. Il sera jugĂ© devant un tribunal correctionnel. Sa femme a Ă©tĂ© remise en libertĂ© sans ĂȘtre poursuivie en justice, car elle n’Ă©tait apparemment pas au courant des annonces postĂ©es par son mari.

Nicole Belloubet, ministre de la justice a quant à elle saisi le Conseil supérieur de la magistrature afin de demander à suspendre de ses fonctions ce juge, temporairement, le temps de la procédure.