🇨🇵 Mutinerie Uzerche : Une politique pĂ©nale trop rĂ©pressive aurait « exaspĂ©rĂ© les dĂ©tenus » selon l’avocat d’un accusĂ©

8 dĂ©tenus comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Tulle afin d’ĂŞtre jugĂ© pour leur participation Ă  la mutinerie du centre de dĂ©tention d’Uzerche le 22 mars dernier. 

Ce jour lĂ , une centaine de dĂ©tenus s’Ă©taient regroupĂ©s sur les toits de l’Ă©tablissement. Les cellules et coursives de deux bâtiments avaient Ă©tĂ© saccagĂ©es et incendiĂ©es, une vidĂ©o avait mĂŞme Ă©tĂ© postĂ©e sur les rĂ©seaux sociaux. 340 dĂ©tenus avaient Ă©tĂ© transfĂ©rĂ©s en urgence vers d’autres prisons. Comme le relate France bleu, le coĂ»t des rĂ©parations est estimĂ© Ă  2,7 millions d’euros. 

Alors que la question du confinement et la suppression des parloirs avaient Ă©tĂ© Ă©voquĂ©s, selon l’avocat de l’un des accusĂ©s, ce n’est pas une explication suffisante. Il met en cause « la politique pĂ©nale menĂ©e depuis ces deux dernières annĂ©es » au centre de dĂ©tention d’Uzerche.

Selon lui « Des Ă©vĂ©nements comme des mauvais comportements vis-Ă -vis des gardiens qui n’Ă©taient pas jusqu’Ă  ce jour punis si ce n’est par quelques jours de mitard, se sont retrouvĂ©s systĂ©matiquement devant le tribunal correctionnel« , avec Ă  la clef des peines de prison qui se rajoutent pour les dĂ©tenus. Ce qui, selon lui, a « exaspĂ©rĂ© les dĂ©tenus« .

Ă€ Lire :  🇫🇷 Porcheville: Un dĂ©tenu tente de transmettre un plan dĂ©taillĂ© de la prison Ă  sa visiteuse

Les dĂ©tenus assurent n’avoir rien fait d’ailleurs, d’ĂŞtre sagement restĂ©s dans leur cellule. Lorsque la prĂ©sidente du tribunal fait remarquer Ă  un dĂ©tenu qu’un surveillant l’a formellement identifiĂ© sur un toit, celui-ci rĂ©pond « le surveillant se trompe« . « Il ment« . « Pourquoi mentirait-il ? » demande la prĂ©sidente. « Parce qu’il est contre moi » lui rĂ©pond le dĂ©tenu.

Pour la procureur les faits sont suffisamment établis et graves pour requérir des peines de prison ferme de 3 à 6 ans pour les 8 prévenus. Le jugement a été mis en délibéré au 23 Juin. 47 autres détenus ont été mis en cause dans cette mutinerie et seront jugés par les tribunaux des départements où ils ont été transférés.