🇨🇵 Le Mans : Des CRS en civil agressés ne répliquent pas de peur d’être accusés de violences policières

© Facebook Secours_Publics

Deux CRS en civil ont été agressés. L’un d’eux n’a pas osé répliquer face à une femme “noire” qui le rouait de coups pour ne “surtout pas que l’on parle de violences policières”.


L’histoire s’est dĂ©roulĂ© dans la nuit du 11 au 12 juin 2020 dans un bar du centre ville du Mans. CĂ©dric et Laurent, deux CRS hors service et en civil dĂ©cident d’aller dans un bar pour prendre un verre, après avoir fĂŞtĂ© le dĂ©part d’un collègue. L’heure de fermeture approche, mais une bagarre Ă©clate entre des clients, celle-ci se poursuit alors Ă  l’extĂ©rieur, CĂ©dric dĂ©cide de « prĂŞter main-forte aux personnes qui se faisaient dĂ©ranger », dĂ©clare Laurent, sur un procès-verbal que Le Parisien a pu consulter. « Je l’ai rejoint Ă  l’extĂ©rieur pour ne pas le laisser seul, c’est parti en vrille. CĂ©dric a fait Ă©talage de notre qualitĂ©. Il a dit : Nous sommes de la police, calmez-vous. Cela n’a rien changĂ©. Cela a mĂŞme eu l’effet inverse ».

C’est à cet instant que Cédric se fait attaquer par l’homme. « Il était au sol, en position fœtus et il recevait une pluie de coups », décrit Laurent. Son collègue réussit à se lever mais constate que sa jambe ne le porte plus. Il vient de subir une double fracture tibia-péroné. Son collègue Laurent est lui-même visé par une femme qui lui porte au moins un coup au visage. Mesurant 2 mètres pour 110 kg, il explique ne pas avoir voulu répliquer. « Je n’ai pas souhaité la frapper car c’était une femme, noire qui plus est. Avec le contexte particulier du moment, je ne voulais surtout pas que l’on parle de violences policières », souffle-t-il sur PV.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Bouches-du-RhĂ´ne : Une figure du grand banditisme marseillais interpellĂ©e par les hommes de la BRI

Cédric, en état de choc, s’est vu prescrire une incapacité temporaire de travail de 45 jours (ITT). Trois personnes ont été placées en garde à vue puis mises en examen, deux d’entre elles ont ensuite été placées en détention provisoire et la troisième sous contrôle judiciaire.