🇫🇷 Fresnes : Un surveillant du centre pénitentiaire jugé pour trafic de drogue

© ACTUPenit.com

Un surveillant pĂ©nitentiaire comparaĂ®tra ce jeudi devant le tribunal correctionnel de CrĂ©teil dans le Val-de-Marne en compagnie de trois autres personnes. Ils sont soupçonnĂ©s d’avoir alimentĂ© un trafic de drogue au sein de la prison.

Les quatre prĂ©venus comparaĂ®tront pour « corruption », « acquisition, transport, offre, dĂ©tention de stupĂ©fiants ». Le surveillant d’origine GuadeloupĂ©enne avait racontĂ© aux enquĂŞteurs qu’il avait Ă©tĂ© sollicitĂ© par un dĂ©tenu qui travaillait comme auxiliaire. Il faisait entrer de la drogue en Ă©change d’une rĂ©munĂ©ration de 100 euros. Il a Ă©galement indiquĂ© qu’il rĂ©cupĂ©rait la drogue au domicile de la petite amie du dĂ©tenu. Aide-soignante Ă  l’hĂ´pital de la prison Fresnes, elle s’Ă©tait mise en couple avec le dĂ©tenu un mois après avoir commencĂ© Ă  travailler dans l’enceinte de la prison.

Dans la combine, orchestrĂ©e par le dĂ©tenu, elle avait inclus sa cousine, chargĂ©e d’ĂŞtre une « intermĂ©diaire tĂ©lĂ©phonique » entre elle et le surveillant. Lors de l’enquĂŞte, les prĂ©venus ont plus ou moins reconnu les faits. Le surveillant a expliquĂ© ĂŞtre entrĂ© dans ce trafic pour s’acquitter de dettes. Quant au dĂ©tenu, il rĂ©fute le fait d’ĂŞtre Ă  la tĂŞte du trafic. L’enquĂŞte aurait permis de mettre en exergue le fonctionnement de la division de la prison oĂą ont eu lieu les faits, qualifiĂ©e de « passoire » par plusieurs surveillants, incriminant par lĂ  mĂŞme leur hiĂ©rarchie explique le journal FranceInfo.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Vendin-le-Vieil : Connu pour avoir massacrĂ© un surveillant, le dĂ©tenu rĂ©cidive ce mercredi

Il y a quelques jours, l’ancien chef des parloirs de la prison de Fresnes avait Ă©tĂ© incarcĂ©rĂ© après avoir transgressĂ© l’interdiction de se rendre sur le domaine pĂ©nitentiaire. placĂ© en dĂ©tention dans la prison de Paris-la-SantĂ©, il est accusĂ© d’avoir permis Ă  deux dĂ©tenus de rĂ©cupĂ©rer des gros sacs d’affaires, en dehors des circuits rĂ©glementaires, et d’avoir fait entrer portables et consoles de jeux dans la prison.