🔴 Justice : François Fillon condamné à deux ans de prison ferme, trois ans avec sursis pour son épouse

François Fillon a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  5 ans de prison dont 3 avec sursis et 375.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel cet après-midi, son Ă©pouse a quant Ă  elle, Ă©copĂ© de 3 ans de prison avec sursis et de 375.000 euros d’amende.

François Fillon a Ă©tĂ© reconnu coupable de dĂ©tournement de fonds publics et PĂ©nĂ©lope Fillon coupable de complicitĂ© et recel de dĂ©tournement de fonds publics dans l’affaire des soupçons d’emplois fictifs. Comme le relate BFM, pour le tribunal, les contrats d’assistante parlementaire de Penelope Fillon auprès de son mari, puis de Marc Joulaud, entre 1998 et 2013, n’avaient « aucune consistance » et ne rĂ©pondaient Ă  « aucun besoin ». Au total, les fonds publics issus de l’AssemblĂ©e et du SĂ©nat dĂ©tournĂ©s au titre des contrats de PĂ©nĂ©lope Fillon et des enfants du couple s’Ă©lèvent, selon le tribunal, Ă  près de 1.156.000 euros. Marc Joulaud est quant Ă  lui condamnĂ© Ă  3 ans de prison avec sursis assorti d’une amende de 20.000 euros.

Les avocats des Ă©poux Filllon ont fait part de leur dĂ©cision de faire appel. L’avocat de PĂ©nĂ©lope Fillon a qualifiĂ© la dĂ©cision du tribunal d' »extrĂŞmement sĂ©vère. « Le tribunal a considĂ©rĂ© qu’il avait le pouvoir de s’immiscer dans la vie parlementaire, c’est pour nous une atteinte Ă  la sĂ©paration des pouvoirs. Cette seule raison nous conduit Ă  faire appel », a-t-il commentĂ© au sortir de l’audience.

Ă€ Lire :  🚨 Edouard Philippe annonce la prolongation du confinement jusqu'au mercredi 15 avril au moins

Toujours chez BFM, l’avocat de François Fillon explique « Cette dĂ©cision n’est pas juste. Il y aura un nouveau procès, cela est nĂ©cessaire au vu des conditions ubuesques dans lesquelles s’est dĂ©roulĂ©e l’enquĂŞte et des conditions surprenantes dans lesquelles les investigations ont Ă©tĂ© conduites. Nous allons nous retrouver en appel face au parquet gĂ©nĂ©ral. Après les instructions individuelles qui n’ont jamais Ă©tĂ© versĂ©es au dossier,  les rapports fantĂ´mes qui n’ont jamais Ă©tĂ© communiquĂ©s,  les rĂ©unions d’arrière boutiques auxquelles la dĂ©fense n’a jamais Ă©tĂ© conviĂ©e, peut-ĂŞtre pourrons nous enfin avoir un dĂ©bat complet et serein et permettre enfin Ă  la justice d’ĂŞtre rendue. »