🇫🇷 Chartres : Après quarante minutes de course-poursuite, le chauffard accuse les policiers « Ce sont des criminels ! »

© Facebook Secours_Publics

Jugé en visioconférence, un suspect a mis à mal la patience des magistrats du tribunal de Chartres.

Il est reprochĂ© Ă  l’homme, âgĂ© de 22 ans, de s’ĂŞtre engagĂ© dans une course-poursuite complètement folle avec les forces de l’ordre le 28 Juin dernier. Il va prendre tous les risques pour Ă©chapper au contrĂ´le de la Brigade AntiCriminalitĂ© (BAC), rouler Ă  130 km/h en ville, brĂ»ler des feux rouges et des stops, emprunter des sens interdits et des ronds-points Ă  contresens.

Comme le relate L’Écho RĂ©publicain, la course-poursuite a durĂ© 40 minutes, le chauffard a heurtĂ© plusieurs voitures pour forcer le passage, il a failli Ă©craser un enfant, qui n’a dĂ» son salut qu’à un passant, qui l’a ceinturĂ© pour le mettre Ă  l’abri. Une voiture de police a Ă©tĂ© dans l’obligation de monter sur un trottoir pour ne pas ĂŞtre percutĂ©e. Après avoir heurtĂ© un trottoir, deux pneus de son vĂ©hicule Ă©clatent mais rien ne le stoppe, il continue Ă  rouler sur les jantes avant de s’immobiliser.

Ă€ Lire :  🚨 Paris / Bastille : Des CRS visĂ©s par un cocktail molotov [VIDÉO]

Il va alors sortir de sa voiture, percutĂ© un policier et s’enfuir avant d’être interpellĂ© dans les bois, Ă  Lèves. Le jeune homme roulait sans permis. Pour sa dĂ©fense, il explique devant le tribunal « Je ne suis pas parvenu Ă  obtenir le code. De toute façon, le permis, ça ne sert Ă  rien. » Lorsque la prĂ©sidente lui demande si il conduit tous les jours sa rĂ©ponse est surprenante « Oui. Mais d’habitude, je conduis prudemment en respectant la signalisation. »

Pour sa défense, le suspect explique « Si cette fois, j’ai conduit comme un taré, c’est de la faute des policiers. S’ils n’avaient pas voulu me contrôler, ça ne serait pas arrivé. Ce sont des criminels. »

Le tribunal le condamne Ă  trente mois de prison, dont dix-huit mois ferme, avec maintien en dĂ©tention. Le mis en cause a dĂ©cidĂ© de quitter la salle de visioconfĂ©rence avant la fin de l’Ă©noncĂ© de son jugement.