🇫🇷 Toulouse : Pris en flagrant dĂ©lit de cambriolage et prĂŞt Ă  violenter une policière il reçoit un coup de poing par un policier. Le ministère public n’exclut pas la possibilitĂ© d’ouvrir une enquĂŞte.

© SICoP - Police nationale Twitter : @PoliceNationale

Les policiers de la Brigade AntiCriminalité (BAC) sont intervenus en fin de semaine dernière à Toulouse après avoir été appelés pour un cambriolage en cours.

Ă€ leur arrivĂ©e, un homme de 100 kg pour 1,87, pris en flagrant dĂ©lit, tente de fuir. Une policière de la BAC tente alors de l’interpeller mais celui-ci se rebelle selon les fonctionnaires, lui nie les faits. Le collègue de la policière, la voyant en difficultĂ© et prĂŞte Ă  ĂŞtre violentĂ©e, s’interpose et assène un coup de poing en plein visage du suspect. Le visage de l’homme est encore marquĂ© lors de son jugement en visioconfĂ©rence par deux coquarts et des hĂ©matomes qui descendent jusque sur les pommettes.

Comme le relate La DĂ©pĂŞche, vu la nature des blessures et le quantum d’ITT (10 jours), le ministère public n’exclut pas la possibilitĂ© d’ouvrir une enquĂŞte sur les modalitĂ©s de l’interpellation de ce ressortissant algĂ©rien arrivĂ© il y a peu en France. L’homme venait de faire l’objet d’un rappel Ă  la loi pour des faits similaires, mĂŞme si son casier est vierge.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Landes : Les gendarmes font une interpellation pas comme les autres

L’avocat des policiers insiste « Violent, le prĂ©venu a opposĂ© une grande rĂ©sistance et mon client n’a fait que protĂ©ger sa collègue. Je ne justifie en rien ses blessures mais s’il veut ne pas ĂŞtre violentĂ©, il faut arrĂŞter d’être un dĂ©linquant et de s’en prendre aux policiers ». Le policier souffre notamment d’une entorse Ă  un doigt suite Ă  cette intervention, entraĂ®nant un arrĂŞt maladie de 3 jours mais sans ITT.

Le cambrioleur a Ă©tĂ© condamnĂ© pour sa tentative de cambriolage et Ă©crouĂ©. L’homme a dĂ©posĂ© plainte pour « violences exercĂ©es par personne dĂ©positaire de l’autoritĂ© publique ».