🇫🇷 Seysses : Une avocate retire son soutien-gorge pour pénétrer dans la prison

Une avocate toulousaine dĂ©nonce le fait d’avoir dĂ» enlever son soutien-gorge afin de pouvoir pĂ©nĂ©trer dans l’enceinte de la prison, les règles sont pourtant connues, personne ne peut pĂ©nĂ©trer dans un Ă©tablissement pĂ©nitentiaire si elle sonne au portique de sĂ©curitĂ©.

Les faits se sont dĂ©roulĂ©s ce mardi matin, l’avocate est venue pour rencontrer un dĂ©tenu convoquĂ© prochainement devant la cour d’appel. Comme le relate La DĂ©pĂŞche, le portique de sĂ©curitĂ© ne cesse de sonner lors du passage de l’avocate et après avoir enlevĂ© tous les objets mĂ©talliques qui se trouvent sur elle, rien n’y fait, le portique sonne toujours.

Selon le quotidien rĂ©gional, la pĂ©naliste s’est rendue compte qu’il s’agissait de l’armature de son soutien-gorge, devant la directrice adjointe de la prison intransigeante avec les règles de sĂ©curitĂ©. L’avocate explique, « En revanche, l’administration ne m’a proposĂ© aucune autre solution. Je n’allais quand mĂŞme pas me dĂ©shabiller devant tout le monde… J’ai donc quittĂ© l’accueil de la prison pour m’enfermer dans ma voiture, retirer mon soutien-gorge avant de me reprĂ©senter devant le poste de sĂ©curitĂ© pour retrouver mon client ». Elle entend saisir le bâtonnier et dĂ©plore « des mĂ©thodes discriminatoires et dĂ©gradantes ». « Les prisons doivent rester des zones de droit et pas de non-droit ».

Ă€ Lire :  🇫🇷 Valence : Un dĂ©tenu tente de s'Ă©vader du tribunal en pleine audience. Trois surveillants blessĂ©s

Selon le directeur interrĂ©gional des services pĂ©nitentiaires de Toulouse joint par La DĂ©pĂŞche « Il n’y a eu aucun manque d’Ă©gard Ă  l’encontre de cette avocate, assure-t-il. C’est elle-mĂŞme qui a pris la dĂ©cision de retourner dans son vĂ©hicule pour retirer son soutien-gorge. Contrairement au règlement dans les aĂ©roports, nous ne sommes pas autorisĂ©s Ă  effectuer des palpations sur les personnes. La rĂ©glementation ne nous l’autorise pas. Le contrĂ´le a Ă©tĂ© fait correctement et c’est au regard des textes (notamment l’article278 du code de procĂ©dure pĂ©nale) que la directrice adjointe et les agents ont gĂ©rĂ© cet Ă©pisode ».