Michel Fourniret : Une dizaine d’ADN inconnus retrouvés sur son matelas. Plusieurs enquêtes relancées

Une dizaine d’affaires non résolues vont à nouveau être étudiées. Les enquêteurs vont comparer des traces d’ADN retrouvés sur un matelas saisi en 2003 appartenant à Michel Fourniret.

C’est sur ce même matelas qu’une partie de l’ADN d’Estelle Mouzin a été détecté. Le matelas se trouvait dans la maison de la sœur défunte du tueur en série.

Le 21 août dernier, Monique Olivier, son ex-femme avait affirmé aux juges que Michel Fourniret avait kidnappé Estelle Mouzin en 2003, à Guermantes en Seine-et-Marne. Et qu’il l’avait emmenée à Ville-sur-Lumes dans les Ardennes « pour la séquestrer, la violer et l’étrangler« , avait alors déclaré son avocat, Richard Delgenes.

À Lire :  🔴 Coronavirus : Découvrez la carte de déconfinement par départements et l'évolution de la pandémie en France

Il indiquait également que des traces d’ADN partiel d’Estelle Mouzin avaient été retrouvées sur un matelas au sein de la maison de Ville-sur-Lumes dans les Ardennes. Les ADN retrouvés sur le matelas vont être comparés avec des ADN de victimes ou de disparues de dossier non élucidés.

Parmi ces dossiers, se trouvent ceux de Marion Wagon ou encore Cécile Vallin, disparues toutes les deux entre 1990 et 2000 explique le journal Midi Libre.

Âgé de 78 ans, Michel Fourniret est pour l’heure reconnu coupable de huit meurtres, il a été condamné à la perpétuité incompressible.