Auvergne : Faute de surveillants pénitentiaires, une demi-douzaine de détenus remis en liberté

© actupenit.com

Ce n’est pas une première et cela devient de plus en plus récurrent. Des détenus sont libérés avant leurs procès fautes de surveillants pénitentiaires.

Le coronavirus n’y est pas pour rien cette fois. Avec le confinement, beaucoup de procès ont été repoussés et la plupart d’entre eux se déroulent en ce moment. Cependant les effectifs de surveillants déjà à la limite en temps normal n’ont pas changé. Les agents sont débordés relate le journal Valeur Actuelle.

Ainsi, ce mercredi 23 septembre, en raison de ces nombreux procès, les agents n’ont pas réussi à escorter les détenus au tribunal. «L’administration pénitentiaire n’est pas dotée en effectifs suffisants pour faire face» à cet afflux de prévenus confirmait Véronique Denizot, la procureure d’Annecy.

À Lire :  🇫🇷 Rennes : La surveillante livrait aux détenus, alcool, drogues et portables...

Ce qui entraine des remises en liberté immédiate en attente de comparaître devant la justice. Pour la Région Rhône-Alpes-Auvergne, une demi-douzaine de détenus ont ainsi été libérées. Une situation que la procureur d’Annecy juge dangereuse «car celui qu’un juge des libertés et de la détention a incarcéré un week-end, qui est libéré sans jugement le lundi, peut dans un certain nombre de cas, être dangereux, réitérer une infraction pénale, éventuellement commettre une atteinte à personne, et nous nous trouvons de fait en défaut».