Fontenay-sous-Bois : Prénommé Jihad et âgé de 10 ans, il attaque violemment sa maîtresse en classe

© actupenit.com

Une violente attaque s’est déroulée au sein de l’école élémentaire de Jules Ferry à Fontenay-sous-Bois dans le Val-de-Marne mardi dernier. A tel point qu’une cellule psychologique pour l’enseignante agressée et pour les élèves présents dans la classe soit ouverte après les faits.

L’attaque particulièrement choquante s’est déroulé le mardi 13 octobre quand un élève âgé de 10 ans, de son prénom Jihad, a subitement attaqué sa maîtresse, sous les yeux de ses camarades de classe.

Nous avons besoin de votre Aide ! Cliquez-ici pour soutenir Les Forces de L'ordre et le site ACTUPenit.com

L’enfant a violemment mordu le bras de la maitresse avant de lui donner des coups au visage.

La maitresse sera prise en charge par les sapeurs-pompiers alors qu’elle était en état de choc. Elle saignait du nez rapporte ACTU17.

L’Éducation nationale a réagi à cette attaque, elle : « déplore et condamne ces actes de violences non prévisibles » et indique avoir ouvert une cellule psychologique pour l’enseignante et les élèves.

L’enfant est connu pour être un élève « en grande difficulté ». En outre, il est « largement suivi » par les services éducatifs.

À Lire :  🔴 Minneapolis : Un camion-citerne fonce dans la foule. Les manifestants s'en prennent au conducteur avant qu'il ne soit arrêté par la police

Pour l’AIPEF (Association indépendante des parents d’élèves fontenaysiens) c’est « un incident grave dans une classe »« Nous avons fait le point avec le directeur de l’école sur la situation. Il nous a informés que l’inspectrice d’académie et la direction des services départementaux de l’Éducation nationale (DASEN) se sont mobilisées très rapidement, en mettant en place une cellule psychologique pour l’enseignante et les élèves », ajoute l’association. « Les services sociaux, la DASEN et la médecine scolaire sont à l’œuvre pour suivre et trouver des solutions pour cet élève en grande difficulté ».

L’enfant a par ailleurs fait l’objet d’un examen psychiatrique après cette agression. Pur la représentante du syndicat Snuipp de Fontenay-sous-Bois, cette agression n’est pas une surprise. « Ce sont des élèves qui ne sont pas adaptés au système scolaire tel qu’il est. Les enseignants n’ont pas les moyens de les gérer », a-t-elle détaillé au journal Le Parisien.