Oise : Lors d’une course poursuite il percute la voiture des gendarmes, son avocat se demande « s’il n’y a pas un peu d’excès » des militaires

© SICoP - Police nationale Twitter : @PoliceNationale

Un homme était jugé par le tribunal de Compiègne. Pris en chasse par un équipage du Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG) alors qu’il roule à grande vitesse, celui-ci refuse le contrôle et se lance dans une course poursuite avec les forces de l’ordre.

Dans sa fuite, l’automobiliste perd une première fois le contrôle de son véhicule en tapant un trottoir. Le chauffard se retrouve alors en sens inverse sur la chaussée, comme le relate Le Parisien, à une cinquantaine de mètres des trois gendarmes qui lui barrent la route. L’individu, âgé de 23 ans, remet alors les gaz et fonce en direction des militaires. L’un d’eux, qui avait mis pieds à terre, a dû se précipiter dans l’habitacle pour éviter d’être percuté. Au volant de sa Twingo RS, l’homme percute la voiture des gendarmes qui s’était avancée pour le stopper.

À Lire :  🇫🇷 Marmande : Un policier municipal agressé en marge du confinement lié au Coronavirus

Nous avons besoin de votre Aide ! Cliquez-ici pour soutenir Les Forces de L'ordre et le site ACTUPenit.com

Le fuyard poursuit sa route à vive allure et percute un terre-plein central dans un rond-point et se retrouve immobilisé. Les trois gendarmes l’interpellent et découvre sur lui plus de 2000 euros en liquide dont il ne sera pas en mesure d’en indiquer la provenance.

Pour l’avocat du prévenu, cette course poursuite « fait partie des risques du métier » pour les gendarmes avant de se demander « s’il n’y a pas un peu d’excès » des militaires qui ont « décidé de percuter le véhicule » de son client. Cette défense, pour le moins surprenante, n’a pas convaincu les juges. L’homme a été condamné à 18 mois de prison, dont huit avec sursis et a été maintenu en détention à l’issue de l’audience.