Relaxe de trois policiers accusés de violences à Paris : « Ce dossier était monté de toutes pièces »

© SICoP - Police nationale Twitter : @PoliceNationale

Trois policiers, accusés de violences aggravées sur deux adolescents à Paris, ont été relaxés par la cour d’appel de Paris.

Les faits présumés reprochés aux fonctionnaires âgés de 37, 41 et 43 ans se seraient produits en juillet 2015. Ce jour-là, les forces de l’ordre interviennent car des jeunes écoutent de la musique à plein volume dans la rue. L’un des plaignants, Yassine, accusait notamment l’un des policiers de lui avoir donné une gifle alors qu’il avait été conduit au commissariat. Julie, 14 ans, affirmait quant à elle avoir été aspergée de gaz lacrymogène et d’avoir été frappée à une jambe avec une matraque.

À Lire :  🔴 Agression de policiers à Béziers : Les quatre individus incarcérés. L'un des policiers souffre de trois fractures au visage.

Nous avons besoin de votre Aide ! Cliquez-ici pour soutenir Les Forces de L'ordre et le site ACTUPenit.com

L’avocat des policiers a réagi chez Actu17 et explique « Depuis le début, nous dénonçons une instrumentalisation de la justice par les plaignants et les associations, et une médiatisation de cette affaire à des fins partisanes ». « Ce dossier était monté de toutes pièces et reposait sur des accusations sans fondement de la part d’une bande qui a pris en otage un quartier entier et dont les habitants vivent toujours dans la peur ».

Si le tribunal correctionnel de Paris avait estimé lors du premier jugement que l’usage de la force par les policiers était « illégitime », la cour d’appel de Paris a décidé ce vendredi de relaxer les policiers.