COVID-19 : Intensification de l’épidémie dans les prisons. Chez les surveillants comme chez les détenus

Illustration Pixabay

Le nombre de cas de COVID-19 dans les prisons françaises ne cessent de grimper, selon l’administration pénitentiaire (AP), cette hausse est liée la montée en puissance des dépistages.

Selon l’AP, les mesures sanitaires ont été renforcées, les détenus devant porter un masque dès la sortie de leur cellule, et non plus seulement quand ils quittent l’enceinte de la prison. Cette mesure, déjà en vigueur dans les zones d’alerte renforcée ou maximale, vient d’être généralisée à tout le territoire. Les unités de vie familiale restent également fermées.

Nous avons besoin de votre Aide ! Cliquez-ici pour soutenir Les Forces de L'ordre et le site ACTUPenit.com

Comme le relate France Info, à la différence du premier confinement, les parloirs sont autorisés, le transfert du linge n’est plus limité. Les familles peuvent récupérer le linge sale d’un détenu et rendre du linge propre, mais ce dernier reste 24 heures dans une pièce isolée avant d’être distribué.

À Lire :  🇫🇷 Liancourt : Une femme enceinte reste enfermée toute la nuit dans un parloir de la prison

Le travail pénitentiaire est quant à lui maintenu. Les offices religieux collectifs sont en revanche annulés, mais les détenus peuvent demander à voir un aumônier individuellement. Les aumôneries de France ont aussi mis en place un numéro vert. Un crédit de téléphone de 30 euros a d’ailleurs été offert à chaque détenu.

La semaine dernière, 451 surveillants pénitentiaires ont été testés positifs, contre 287 la semaine d’avant. Côté détenus, 182 ont été testés positifs en France, soit 11 cas de plus que la semaine précédente.