Mont-de-Marsan : « Je ne savais plus comment les gérer, j’étais à bout », un surveillant jugé pour violences sur des détenus

© actupenit.com

Un surveillant du centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan a été jugé ce jeudi 19 novembre, il est reproché au fonctionnaire des violences sans incapacité de travail sur trois détenus en décembre 2018. 

« Je ne savais plus comment les gérer, j’étais à bout », a indiqué à la barre le surveillant âgé d’une cinquantaine d’années. L’homme est entré dans la pénitentiaire en 1992 et reconnaît les violences dans leur intégralité.

Nous avons besoin de votre Aide ! Cliquez-ici pour soutenir Les Forces de L'ordre et le site ACTUPenit.com

Comme le relate France Bleu, oui, il a attrapé deux détenus par leurs habits et oui, il en a poussé un troisième un peu violemment dans sa cellule en faisant mine de lui écraser le pied. L’homme explique ensuite, « Avant 2012, j’étais un bon surveillant ». À partir de cette année, les relations du fonctionnaire avec sa hiérarchie et les détenus se dégradent. Les détenus d’origine maghrébine, eux, signalent des insultes racistes de plus en plus nombreuses, allant jusqu’à faire une pétition, qui récolte 56 signatures.

À Lire :  🇫🇷 Beauvais : après la manifestation des surveillants, place aux sanctions pécuniaires...

Une expertise psychologique du surveillant le décrit comme un homme en souffrance dans son travail mais aussi psychorigide. « C’est une sorte de Donald Trump des coursives, avec une vision décalée de la réalité, la sienne, et qui n’en envisage pas d’autre valable. » 

La juge le condamne finalement à 4 mois de prison avec sursis, à une amende de quelques centaines d’euros à verser aux détenus victimes des violences et à une inscription au casier judiciaire. Le casier judiciaire d’un surveillant de prison devant être vierge pour qu’il puisse travailler, il ne devrait donc plus pouvoir exercer sont métier.