Roubaix : Accusé d’avoir foncé sur des policiers municipaux, son procès est annulé

© Facebook Secours_Publics

Samedi soir, un Roubaisien âgé de 18 ans refusait un contrôle de police et accéléré avec sa voiture en direction d’un policier municipal. Interpellé il devait être jugé ce lundi en comparution immédiate. Mais son procès a été annulé.

Le fonctionnaire avait dû faire un écart pour ne pas être heurté samedi soir dans une rue piétonne ou se trouvait le véhicule.

L’homme au volant, âgé de 18 ans devait être jugé lundi en comparution immédiate. Au tribunal, il a contesté avoir voulu blesser les policiers. Mais il devra revenir s’expliquer une autre fois. Car lundi, les juges ont considéré que le tribunal n’était pas correctement saisi, une erreur de procédure les empêchant de juger le jeune homme.

À Lire :  Seine-Maritime : Le commissariat de Grand-Quevilly attaqué cette nuit aux mortiers d'artifice

Cette erreur a eu lieu lors du déferrement du prévenu devant le magistrat du parquet. Dans cette audition, l’individu avait dit : « Je ne sais pas pourquoi je suis là. Les policiers municipaux ont fait n’importe quoi dans leur procédure »… Ces propos ont été consignés par le magistrat explique le journal La Voix du Nord.

« Ce sont des propos en lien avec les faits reprochés  » relèvera Me Baptiste Buissart, l’avocat du prévenu. Or le Code pénal mentionne que le parquet ne peut pas interroger le prévenu sur les faits, en l’absence de son avocat. Cette atteinte aux droits de la défense entraîne la nullité de la procédure. Le prévenu a été libéré. Il sera reconvoqué ultérieurement.