Interpellation du producteur à Paris : Les quatre policiers mis en examen, deux ont été placés en détention provisoire

Capture Loopsider

Le juge d’instruction a rendu ses décisions dans le dossier sur le l’interpellation de Michel Zecler à Paris.

Les quatre policiers mis en cause ont été mis en examen dans la nuit de dimanche à lundi et deux d’entre eux ont été placés en détention provisoire. Comme le relate 20 Minutes, les trois policiers que l’on voit sur la vidéo Loopsider l’ont été pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique (PDAP) » et « faux en écriture publique ».

Le policier soupçonné d’avoir jeté la grenade lacrymogène dans le studio de musique du 17e arrondissement où s’est produite l’agression a lui été mis en examen principalement pour des « violences volontaires » sur Michel Zecler et sur les neuf jeunes qui se trouvaient dans le sous-sol du studio.

À Lire :  Mantes-la-Jolie : Le commissariat de police bouclé après une alerte à l'anthrax

Le parquet avait requis la détention provisoire pour les trois premiers et un contrôle judiciaire pour le quatrième, mais le juge des libertés et de la détention en a écroué deux, le brigadier et le gardien de la paix, et laissé deux autres sous contrôle judiciaire.