Manifestations contre la loi sécurité globale : Le bilan des policiers et gendarmes blessés s’alourdit

Capture Twitter

Les manifestations de samedi contre la loi « Sécurité globale » ont été le théâtre de nombreuses violences envers les forces de l’ordre.

Comme l’a annoncé le ministre de l’intérieur dans un Tweet, le bilan des policiers et gendarmes blessés lors des manifestations ce samedi 28 novembre a augmenté. 98 d’entre eux ont été blessés selon un bilan définitif.

Deux policiers ont témoigné sur BFMTV de la violence physique à laquelle ils on dû faire face ce week-end mais également sur celles verbales qu’ils ont subie dans le cortège parisien. Un CRS explique, « Les gens crachaient leur haine envers nous. ‘Police suicidez-vous, police suicidez-vous' ». « Nous qui étions applaudis un ou deux mois après les attentats, on a le sentiment de haine là, c’est compliqué à gérer, c’est dur. »

À Lire :  🚨 Paris : Les forces de l'ordre sont en difficulté à la Gare de Lyon. [vidéo]

Un gardien de la paix explique « On avait des personnes qui étaient là pour défoncer du flic », « Ils avaient des cocktails molotov, ils avaient des pavés, ils avaient toutes sortes de projectiles qui peuvent être létaux. On ne pouvait pas interpeller c’était beaucoup trop hostile ». Le fonctionnaire donne son sentiment, « on nous a envoyé dans la cage aux lions pour se faire bouffer ».

Selon le ministère de l’Intérieur, 81 personnes ont été interpellées lors de ces manifestations. À Paris, 29 personnes ont été placées en garde à vue dont 3 mineurs. Comme l’a précisé le parquet à l’AFP, « 14 ont donné lieu à des déferrements » devant la justice « dont 3 en comparution directe. 2 ont fait l’objet d’un rappel à la loi et 10 ont donné lieu à un classement sans suite ».