La présidente de l’association FFOC, menacée de mort, elle et sa famille après avoir été jetée en pâture par le site StreetPress

Depuis deux jours maintenant, la présidente de l’association Femmes des Forces de l’Ordre en colère (FFOC) Aurélie Laroussie, reçoit des dizaines de message sur ses comptes privés de réseaux sociaux.

Des menaces de mort sur elle, son conjoint, fonctionnaire de police et sur sa fille. Les messages ultras violents font suite à la publication d’un article de presse sur le site Streetpress. Dans cet article, le rédacteur, Ronan Maël reproche à la jeune femme d’émettre des avis personnels et des doutes concernant l’affaire « Michel Zecler » en commentaires sur un groupe privé du réseau social Facebook.

Parmi les menaces, on peut lire : « Cela va te couter chère la vieille, j’espère que ta fille est sous surveillance policière car elle risque de pas finir l’année la sa**pe. »

Des menaces inacceptables qui feront l’objet d’un dépôt de plainte, explique l’association FFOC sur Facebook. Le site StreetPress a en effet dévoilé des captures d’écran récupérées sur Facebook. On peut y voir des messages laissés par la présidente. Son identité n’est pas masquée comme pour les autres rédacteurs présents sur les captures d’écran.

Ainsi le site StreetPress attire volontairement la haine vers la jeune femme en connaissant les conséquences de ce genre d’actions. Des agissements intolérables et condamnables.

Le site ACTUPénit.com et la page Facebook « Soutien Aux Forces de l’Ordre » apporte son Soutien à Aurélie.