« Contrôle au faciès » : Un syndicat de police appelle tous les policiers à ne plus faire de contrôles d’identité suite aux déclarations d’Emmanuel Macron

Un syndicat de police appelle tous les policiers à ne plus faire de contrôles d’identité suite aux déclarations d’Emmanuel Macron lors de son interview sur Brut. 

A propos de l’évacuation brutale de la place de la République où s’étaient installés des migrants, Emmanuel Macron a considéré qu’il n’était « jamais normal d’avoir des comportements qui ne sont pas à la hauteur des attentes » mais a estimé qu’il « fallait enlever les tentes ».

Le président de la République a affirmé qu’il fallait regardé en face la question des contrôles au faciès. Car, « aujourd’hui, quand on a une couleur de peau qui n’est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé. On est identifié comme un facteur de problème et c’est insoutenable », a-t-il regretté.

À Lire :  Toulouse : Contrôlée à pied sur une bretelle d’accès au périphérique, elle agresse un policier

Comme le relate Jeanmarcmorandini.com, Il a promis le lancement en janvier d’une plateforme nationale de signalement des discriminations, gérée par l’Etat, le défenseur des droits et des associations. Les caméras-piétons pour les policiers seront parallèlement généralisées.

Pour le syndicat Alliance, il y a une « défiance de l’état vis-à-vis des policiers ». « Non la police n’est pas raciste et elle ne choisit pas sa délinquance. » Le syndicat « appelle dès maintenant tous les policiers à ne plus faire de contrôle d’identité ».