Valence : La mairie décide de supprimer les aides sociales aux familles de délinquants

©️Stéphane Bommert

Nicolas d’Aragon, le maire de Valence a décidé de supprimer plusieurs aides municipales si l’un des membres d’une famille a été condamné pour des troubles à l’ordre public, s’il a fait l’objet d’un rappel à l’ordre, ou en cas de refus d’accompagnement de la part des parents. 

Le conseil municipal de Valence a voté, le 14 décembre 2020, une mesure qui se veut dissuasive à l’égard des fauteurs de troubles : toute famille dont un des membres fait l’objet d’un rappel à l’ordre ou d’une condamnation pour trouble à l’ordre public se verra privée d’aides sociales de la ville. 

Nicolas Daragon, explique : « Je ne supporte plus qu’une minorité d’enfants bénéficie d’aides de la mairie alors qu’ils empêchent de vivre la majorité des habitants de leur quartier. On va taper là où ça fait mal! ».

Cette décision de supprimer les aides de la ville avait déjà été prise par une autre mairie de droite de la région : Alexandre Vincendet, maire LR de Rillieux-la-Pape, avait en effet également soumis cette idée à son conseil municipal. Mise en place en 2018, cette mesure a abouti à la convocation d’une trentaine de jeunes en deux ans par les équipes de la municipalité. Sur ces trente cas, 3 familles se sont vues supprimer les aides pendant un an, après avoir refusé d’être accompagnées. 

Plusieurs nuits de violences urbaines avaient eu lieu à la Toussaint à Valence. En mai dernier, les locaux de Valence Romans agglo avaient été incendiés. En février, des bus avaient été caillassés. 

Une accumulation qui entretient un sentiment d’insécurité, même si le maire rappelle qu’il s’agit d’une minorité de délinquants. Une soixantaine de personnes sont identifiées par les services municipaux et pourraient voir les aides supprimées dans leurs familles.