Aulnay-sous-Bois : C’était un véritable guet-apens. Les explications sur cette terrible attaque

Capture Twitter

Deux motards de la CSI93 ont été violemment agressés ce dimanche à Aulnay-sous-Bois.

La vidéo a été publiée sur les réseaux sociaux, on peut y voir deux motards en difficulté lors d’un simple contrôle routier. Filmé par des individus depuis une voiture, on peut entendre sur la vidéo ces derniers inciter les agresseurs à « shooter dans la tête » des policiers.

Les deux fonctionnaires avaient été transportés à l’hôpital. L’un s’est vu prescrire 7 jours d’ITT (incapacité temporaire de travail). Son collègue, plus grièvement atteint à l’épaule, 21 jours d’ITT.

Les deux policiers appartiennent à la compagnie d’intervention de sécurisation (CSI) basée à Aulnay-sous-Bois. L’un est un brigadier-chef âgé de 44 ans, l’autre est un gardien de la paix âgé de 24 ans. Ils effectuent un banal contrôle routier dans la Cité des 3000, quand ils repèrent un scooter monté par deux individus. Aucun des deux ne possède les papiers du deux-roues. La discussion se poursuit sur « un ton cordial pendant vingt bonnes minutes », indique une source policière.

Le passager aurait alors proposé aux policiers d’aller chercher les documents du deux-roues à son domicile tout proche et de laisser le véhicule sur place avec son copain. Mais quand le jeune homme réapparaît, il n’est pas seul. « Une dizaine de personnes l’accompagnent », selon la même source, et s’abattent sur les deux fonctionnaires. Un coup de pied et l’une des motos de la CSI est envoyée au sol.

L’un des assaillants se saisit d’une barrière et la jette en direction des policiers. Dans le pugilat, l’un des agents se retrouve à terre, une pluie de coups de pied et de poings s’abattent sur lui. Puis c’est au tour de son collègue de tomber. Il écope du même traitement explique le journal Le Parisien.

C’est finalement l’arrivée de renforts qui fera cesser l’attaque. un individu âgé de 20 ans sera interpellé alors que les deux passagers du scooter ont pris la fuite.

Une enquête est toujours en cours.