Bayonne : Le policier qui a neutralisé la conductrice refusant d’obtempérer est enfin sorti de garde à vue

© Kevin Bonkendorf Photographie

Dans la nuit de Lundi à mardi, vers 1 heure du matin , un équipage de police a repéré une voiture zigzaguant sur la route. Les policiers se sont portés à sa hauteur, sans parvenir à la stopper.

Les fonctionnaires ont réussi à l’intercepter avenue du Maréchal Soult mais la conductrice a redémarré au moment où les policiers avaient mis pied à terre pour la contrôler. Celle-ci a percuté un membre des forces de l’ordre, le collègue de la victime a alors fait feu sur le véhicule, touchant mortellement la fuyarde.

Deux enquêtes judiciaires avaient été ouvertes, l’une pour tentative d’homicide sur les forces de l’ordre, l’autre concernant les conditions dans lesquelles le policier avait tiré, provoquant la mort de la conductrice. Cette dernière, âgée de 37 ans, était bien connue des services de police pour des affaires de délit de fuite, de menace de mort et de vol.

Le fonctionnaire à l’origine du tir avait été placé en garde à vue, alors que son collègue était blessé au genou. Selon les informations d’ACTU17, le policier qui a ouvert le feu a été remis en liberté sans charge contre lui, à l’issue de sa garde à vue.

Le procureur de la République de Bayonne, Jérôme Bourrier, a annoncé la fin de la garde à vue du policier qui a fait usage de son arme. Il a été remis en liberté à 14 heures ce mardi. Son avocat, Me Pascal Rouiller, a annoncé qu’il n’y avait aucune charge retenue contre lui à ce stade.

De son coté, le parquet a évoqué dans un communiqué que « L’enquête ouverte des chefs de refus d’obtempérer et de tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique, établit que Nathalie Flores, en cherchant à se soustraire au contrôle dont elle faisant l’objet, a délibérément percuté le véhicule de police positionné en barrage sur la voie de circulation, et dirigé son propre véhicule en direction du fonctionnaire de police qui se trouvait sur le terre-plein herbeux, le blessant au genou alors qu’il tentait de l’éviter. »

Le policier a donc fair usage de son arme « dans les conditions d’absolue nécessité » précise le parquet : « Les éléments d’enquête rassemblés à ce jour par l’IGPN et la PJ de Bayonne semblent converger pour établir que le policier ayant mortellement blessé Nathalie Flores, a fait usage de son arme dans les conditions d’absolue nécessité et de proportionnalité requises par le code de la sécurité intérieure, pour immobiliser un véhicule susceptible de perpétrer dans sa fuite une atteinte à la vie et à l’intégrité physique de son collègue. »

Cependant, une information judiciaire a été ouverte pour « homicide volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique » afin de déterminer précisément le déroulement des faits et confirmer l’action légitime du fonctionnaire de police.

À Lire :  🇫🇷 Morbihan: Deux pompiers agressés par les victimes qu'ils tentaient de secourir !

« Ces premiers éléments parcellaires doivent être considérés avec prudence et ne sauraient permettre d’établir des conclusions définitives à ce stade », précise le communiqué. « Cette instruction devra notamment s’attacher à préciser encore la chronologie des faits, et à la confronter aux expertises de balistiques lésionnelles et aux conclusions résultant de l’autopsie.« 

Le policier impliqué qui travaille à la brigade de nuit de Bayonne est « très affecté par l’issue tragique d’une simple mission de contrôle routier« , rapporte son avocat. Nous lui apportons notre soutien.