Reims : Les policiers font stopper une soirée étudiante clandestine cette nuit

illustration (DR)

Ving-huit étudiants de Sciences Po Reims et de NEOMA ont été verbalisé cette nuit après une soirées clandestine à Reims.

Les faits sont survenus cette nuit, rue Gambetta au centre-ville de Reims. Vers 4H30 du matin, les forces de l’ordre sont appelés pour un tapage dans un appareil. A leur arrivée, ils découvrent qu’une  » soirée clandestine » se déroule au n°102 dans un petit logement de type F1.

« Les personnes sur place sont alcoolisées et ne respectent aucune mesure barrière. Elles se moquent ouvertement des policiers depuis la fenêtre et ne veulent mettre un terme à la soirée. Compte tenu de ces éléments, tous ceux qui sortaient et en présentaient les signes ont été placés en ivresse publique et manifeste. Une saisine pour mise en danger délibérée d’autrui a été effectuée en attendant de pouvoir interpeller la locataire à 6 heures. Celle-ci a fini par sortir et se présenter aux policiers qui attendaient devant son appartement ». Explique un communiqué de la préfecture de la Marne.

Ainsi, une trentaine de fêtards étaient entassés dans le petit appartement de l’étudiante. Certains d’entre eux ont tenté de s’enfuir par des issues dérobées mais vingt-sept d’entre eux seront ramenés au commissariat pour « ivresse publique et manifeste », et une pour une garde à vue pour « mise en danger délibérée de la vie d’autrui ».

Tous les invités devront payer une amende de 135 euros pour ne pas avoir respecté le couvre-feu (sans oublier 150 euros d’amende pour l’ivresse « publique », ainsi qualifiée car constatée par les agents de police à l’extérieur de l’immeuble) rapporte le journal L’Union.

Selon la préfecture, tous les participants sont scolarisés à Sciences Po Reims et à l’école de commerce NEOMA. Ce n’est pas la première fois que des élèves de ces deux écoles défraient la chronique avec leurs fêtes étudiantes, phénomène d’autant plus préoccupant en ces temps de pandémie.