Seysses : Deux surveillants pénitentiaires placés en garde à vue. Suspectés de violence sur un détenu provocateur

Deux surveillants du Centre pénitentiaire de Seysses, près de Toulouse ont été placés en garde à vue ce mardi 2 Février 2021. Ils sont suspectés de violence sur un détenu qui les aurait provoqués.

Selon les informations du journal La dépêche, deux surveillants de la maison d’arrêt de Seysses (Haute-Garonne) ont été placés en garde à vue dans les locaux de la compagnie de gendarmerie de Muret. Cet homme de 36 ans et sa collègue de 32 ans sont soupçonnés de violences sur un détenu. 

L’histoire remonte au mercredi 27 janvier quand la surveillante effectuait la distribution du repas vers midi. Alors que tout se déroulait normalement, elle est arrivée devant une cellule ou l’individu était surexcité. Le détenu voulait absolument faire passer des objets à une autre détenu. mais la surveillante a refusé rapporte le journal.

Suite à cela, le détenu s’est montré menaçant et a copieusement insulté la fonctionnaire, qui par mesure de sécurité, déclenchera son alarme « incident ». Alors qu’elle se trouvait au contact du détenu menaçant, un surveillant est arrivé en renfort.

Voyant sa collègue à l’intérieur de la cellule, le surveillant a pris peur et s’est alors rué sur le détenu. Une grosse bousculade et des coups seront échangés. La scène, filmée par les nouvelles caméras n’a pas été appréciée par l’administration pénitentiaire qui a immédiatement fait un signalement au parquet.

« Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête pour savoir si les surveillants ont eu, ou non, une réponse disproportionnée aux attaques du prisonnier », confie Dominique Alzéari, le procureur de la République. Les investigations ont été confiées à la brigade de recherches de Muret.

Depuis le début de l’enquête, de nombreuses auditions ont été réalisés, et beaucoup décrivent les deux surveillants comme des gens intègres et sans antécédent. Cependant, les gendarmes ont malgré tout placé les deux fonctionnaires en garde à vue ce mardi. L’enquête se poursuit.