Guet-apens à Béziers : Deux policiers blessés

Facebook Police Nationale de l’Orne

Deux policiers ont été blessés dans la nuit de samedi à dimanche à Béziers après être tombé dans un véritable guet-apens.

Les faits se sont produits dimanche vers 1h20 du matin après une course-poursuite. Tout a commencé lors d’un simple contrôle routier. Un homme circulait à bord d’un SUV et a tout simplement refusé de s’arrêter. à la vue des forces de l’ordre, il a vivement accéléré et s’est engouffré dans la cité de La Devèze à Béziers.

Les hommes de la BAC de Béziers appellent alors des renforts de la police municipale et des collègues de la police secours. L’homme est repéré et une nouvelle chasse s’engage. Le fuyard n’hésitera pas à foncer délibérément sur les policiers municipaux qui parviendront à éviter le choc rapporte le journal Midi Libre.

Tous les policiers arrivés sur les lieux sont désormais derrière le fuyard qui tente une nouvelle fois de percuter les véhicules qui le suivent. Tout cela devant certains individus qui filment la scène pour la partager, ensuite, sur les réseaux sociaux rapporte le quotidien.

Une fois arrivés place de l’église, les forces de l’ordre se sont retrouvées prises au piège par une vingtaine d’individus. Elles ont reçu des jets de pierres et de pavés. Lors de cette attaque, deux policiers seront blessés.

Malgré cela, la course-poursuite a continué mais l’homme est parvenu à quitter son véhicule pour fuir à pied. La voiture sera saisie afin d’effectuer des prélèvements ADN.

Pour Stéphane Navarro, le représentant du syndicat Unité SGP Police FO « Les policiers n’en peuvent plus d’être de potentielles cibles. Ce dimanche matin, ils ont été victimes d’agressions. Une agression filmée pour faire le buzz sur Internet. Maintenant, on en est à filmer ses méfaits. C’est insupportable. Intolérable. La société part en vrille. Il n’y a plus de limite. Il faut vite que la justice puisse sanctionner juste et fort. Il ne faut pas que cela se renouvelle. Les policiers sont à bout.« 

À Lire :  🇫🇷 CRS accusé d’avoir lancé un pavé sur des Gilets-Jaunes : 3 mois de prison requis

« Non content d’être filmés, les policiers étaient aussi attendus pour leur faire encore plus de mal. Tout cela doit cesser. Vite. Avant qu’il n’y ait un drame. Tout est bon pour casser du policier. Nous l’avons vu la semaine dernière, lors de la manifestation contre la loi de sécurité globale. Un très jeune policier a été blessé à la face. Il a dû être opéré ce samedi à Guy de Chauliac de toute urgence. Il y a eu des complications qui sont survenues d’un coup. On compte sept fractures sur son visage. On ose parler de violences policières. Mais celui qui a fait cela est-il blessé ? Non ! Je dis stop à tout cela.« 

« Nous en avons vraiment marre. J’appelle l’ensemble des organisations syndicales à condamner vigoureusement toutes ces formes de violences, contre tous les travailleurs, y compris ceux qui assurent la paix et la sécurité publique au quotidien. Nous sommes très en colère. Nous ne pouvons plus continuer comme cela. Nous espérons que le Beauvau de la sécurité permettra de répondre à l’une de nos attentes, à savoir, des peines minimales pour les auteurs de violences ou de voies de faits contre les représentants des forces de l’ordre.«