Seine-et-Marne : Spectaculaire coup de filet anti-drogue. 250 gendarmes mobilisés dont le GIGN.

© Brice Lapointe Productions

Une opération de la gendarmerie a réuni 250 gendarmes, dont le GIGN, au square Montmirail à La Ferté-sous-Jouarre, en Seine-et-Marne. Une intervention qui a de quoi impressionner.

Le lieu n’est pas anodin, c’est l’un des points noirs dans le secteur. Comme le relate Le Parisien, avec ses fresques où les tarifs sont affichés comme au supermarché, c’est l’un des points de deal les plus tristement connus de ce secteur du nord est de la Seine-et-Marne.

Les gendarmes ont entendu pas moins de 35 consommateurs, qui ont confirmé l’ampleur de ce trafic local. Ce coup de filet devrait ravir certains habitants de ce quartier, également en proie à des violences urbaines.

Les militaires ont procédé à 22 interpellations simultanément à La Ferté-sous-Jouarre, à Rebais à Coulommiers et à Sarcelles (Val-d’Oise) et dans le Loir-et-Cher. Ils saisissent deux armes de poing, un fusil, un gilet pare-balles, ainsi que des tasers. Ils découvrent aussi plusieurs centaines de grammes de cannabis et de cocaïne, des téléphones portables Ils saisissent également environ 25 000 euros, dont 11 000 euros en liquide et le reste sur les comptes bancaires des suspects. Tout comme trois moto-cross dénichées dans un box.

Parmi les 22 personnes interpellées, sept sont convoquées ultérieurement devant le tribunal judiciaire de Meaux. Ce vendredi, 12 majeurs et 1 mineur ont été déférés et doivent être jugés dans le cadre d’une comparution à délai différé début avril. Un mandat de dépôt a été requis à leur encontre par le parquet.

Le maire de la ville a expliqué dans le quotidien régional, « Les premières victimes de ces trafics sont les habitants. Je regrette que cette problématique pourrisse autant la vie de nos concitoyens. Derrière le trafic, ce sont des insultes, du harcèlement quotidien, des riverains qui n’osent plus rentrer chez eux ou qui veulent déménager. Et je ne parle pas des rodéos, des tournages de clips sauvages ou des caillassages des pompiers, des policiers municipaux et des gendarmes. J’espère que la justice va prendre en considération ce que le trafic a comme implication sur le quartier. »