Réau : Une douzaine d’individus bloquent l’entrée de la prison. Un tente de pénétrer à l’intérieur. Un autre frappe un surveillant

© actupenit.com

Des faits graves sont survenus cette après-midi au centre pénitentiaire Sud-Francilien de Réau. Une douzaine d’individus ont pénétré sur le domaine. L’un d’entre eux a tenté d’entrer dans la prison de force et a agressé un surveillant qui tentait de l’en empêcher.

Comme un air de déjà vu. En effet, il y a quelques jours la « célèbre » Assa Traoré se présentait devant la prison de Bois-d’Arcy avec son comité de soutien pour avoir des nouvelles de son frère incarcéré qui se trouvait à ce moment-là à l’hôpital. Elle expliquait furieuse ne pas avoir été informé de cette hospitalisation. Sauf que c’est une procédure habituelle concernant les hospitalisations de détenus afin d’éviter de transformer les hôpitaux publics en parloir géant.

Cette fois-ci, des faits similaires se sont produits au centre pénitentiaire de Réau. Avec un autre groupe d’individus et pour un autre détenu. Vers 14h00 ce lundi, une douzaine d’individus se sont introduits en voiture sur le domaine pénitentiaire de Réau pour prendre des nouvelles de l’un de leur ami détenu et actuellement hospitalisé. Ce dernier faisant l’objet de problèmes de santé chroniques selon le syndicat FO Pénitentiaire.

Les individus se sont positionné devant la porte d’entrée principale de l’établissement, empêchant le personnel d’y accéder et multipliant les menaces. « Dissimulés derrière des masques, lunettes de soleil et capuches, c’est en toute impunité qu’ils sont venus s’en prendre au personnel » rapporte le syndicat.

Un surveillant sera pris à partie par un homme. Il sera frappé de plusieurs coups de poing. Hospitalisé, il lui sera attribué 3 jours d’ITT.

Un autre homme de cette bande a également tenté de s’introduire dans l’enceinte de la prison. Il faudra l’intervention des agents pour le repousser vers l’extérieur. Ces faits sont graves. « Il est inadmissible qu’un domaine pénitentiaire aussi sensible que le CPSF ne soit pas sécurisé en périmétrie » explique le syndicat FO Pénitentiaire.

Ce dernier réclame l’installation d’une barrière à l’entrée du domaine pour filtrer l’entrée des véhicules et des personnes ainsi que des rondes plus fréquentes des forces de l’ordre.