Mort de Rémi Fraisse : Le non-lieu confirmé pour le gendarme qui a tiré la grenade, six ans après…

©️Stéphane Bommert

Remi Fraisse, militant écologiste avait trouvé la mort après l’explosion d’une grenade lors d’affrontements avec les forces de l’ordre en marge de la mobilisation contre le projet de barrage de Sivens. 

Plus de six ans après la mort de Rémi Fraisse à Sivens (Tarn), la Cour de cassation a confirmé, mardi 23 mars, le non-lieu rendu en faveur du gendarme auteur du tir de grenade qui a malheureusement coûté la vie au jeune militant.

Le militaire avait déjà bénéficié d’un non-lieu en 2018 et n’avait pas été mis en examen dans ce dossier. Ce non-lieu avait été confirmé par la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Toulouse en janvier 2020.

Deux jours après la mort de Rémi Fraisse, le gouvernement avait suspendu l’utilisation des grenades offensives, avant de les interdire définitivement quelques mois plus tard.

Dès lors, les grenades GLI-F4, à triple effet : lacrymogène, sonore et de souffle, avaient été privilégiées. Accusées de causer des mutilations, elles ont aussi disparu de l’armement des forces de l’ordre.