Fontenay-le-Comte : Le détenu refuse une fouille et envoie le directeur aux urgences. L’utilisation d’un taser sera nécessaire pour son extraction en garde à vue.

@actupenit.com

Alors qu’il doit être placé au quartier disciplinaire, un détenu de la maison d’arrêt de Fontenay-le-Comte va refuser la fouille de sécurité obligatoire et s’en prendre au directeur de la prison.

Le chef d’établissement va tenter une médiation avec le détenu mais celui-ci va violemment le frapper à plusieurs reprises. Il faudra l’intervention de plusieurs surveillants pour mettre un terme à l’agression.

Comme l’explique les syndicats de la prison, le chef d’établissement finira aux urgences de l’hôpital pour des contusions aux côtes. Pour donner suite à ces évènements, auxquels il faut rajouter insultes et menaces en tous genres, l’affaire est transmise au parquet, et la décision de la garde à vue sera prise pour l’après-midi.

Une équipe de surveillants équipés ira chercher l’agresseur en cellule disciplinaire pour le remettre aux forces de l’ordre. Ceux-ci devront utiliser le taser sur l’individu afin de pouvoir l’extraire. Le détenu a été transféré dans un autre établissement à l’issue de sa comparution immédiate, le jugement a été remis au mois de mai afin que le détenu puisse préparer sa défense.